Accueil Actualités Accusé de publication désobligeante : Adama Gaye s’adressait-il au Chef de...

Accusé de publication désobligeante : Adama Gaye s’adressait-il au Chef de l’Etat ?

Si le Président de la République est le Président de tous les Sénégalais, il n’en demeure pas moins vrai qu’en tant que Chef de parti, il coiffe politiquement la coalition Benno Bokk Yaakaar, donc une partie des Sénégalais au détriment de la majorité. Ce qui voudrait dire qu’il se retrouve foncièrement divisé dans sa posture de Chef de l’Etat et de Chef de parti. Si le journaliste Adama Gaye est accusé de l’avoir offensé, la question est de se demander à qui s’est-il réellement adressé ?

Etre Chef de l’Etat et Chef de parti n’est guère une fin en soi sous nos cieux; mais le grand hic relevé à ce niveau, c’est que la Première Institution est virtuellement protégée en raison de sa carapace régalienne, tandis que sa posture de Chef de parti reste foncièrement exposée aux affres de la politique politicienne. Concilier ses deux postures procède par ailleurs d’une volonté manifeste de soumettre les Sénégalais à rude épreuves car le Chef de parti est toujours susceptible d’attaques en fonction des adversités politiques. Ainsi, si le journaliste Adama Gaye est accusé d’attaques désobligeantes sur notre Institution Première, il importe par ailleurs de se demander si ce n’est pas le Chef de parti qui a été malmené. La nuance aura été de taille car entre ces deux entités, il n’y a point une ligne de démarcation. Pour preuve, même en étant dans sa permanence de l’Alliance pour la République, le Chef de l’Etat peut toujours s’adosser à sa posture Institutionnelle. Car, il est toujours traité comme tel et non comme Chef de parti. La seule fois qu’il est considéré comme un Chef de parti, c’est lorsqu’il est candidat à la présidentielle ou qu’il il soit en meeting. Il est vrai que le journaliste Adama Gaye est considéré comme faisant partie de la société civile. Du coup, cette entité qui est à équidistance par rapport à toutes les chapelles politiques n’autorise guère des abus de langage car sa mission relève spécifiquement à réguler le jeu démocratique. Le journaliste Adama Gaye s’adressait-il au Chef de l’Etat ? On ne peut répondre à cette question de but en blanc dès lors qu’on ne peut savoir les véritable motivations de ses publications. Mais ce qui reste contant dans une démocratie, c’est que tout ce qui est excessif en termes de liberté d’expression relève quelque part du délit. C’est dire que la responsabilité sied à la liberté d’expression.
Assane SEYE-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici