L'Actualité en Temps Réel

Affaire Csl-Sénégal et le Dg jihad Derwiche devant la justice : L’arroseur arrosé

0

C’est en 2018 que le directeur général de la société Csl-Sénégal,   M. Jihad Derwiche, avait été poursuivi en justice par son ex-associé indien Balbir Singh  Cheema pour association de malfaiteurs, abus de biens sociaux et abus de confiance. Quatre ans après, l’ex-poursuivi, M. Jidah Derwiche, a  obtenu un non-lieu et s’est retourné contre son poursuivant qu’il a fait condamner pour le délit de dénonciation calomnieuse. Ainsi, l’arroseur judiciaire a été arrosé…

Située au Km18 de la route de Rufisque, à Mbao, la société Csl-Sénégal est entreprise spécialisée dans l’immobilier, le bâtiment et les travaux publics. Comme dans la plupart des entreprises, la suspicion engendre en général des frustrations, des mensonges, des rancœurs non exprimées et autres désaccords sur la stratégie qui provoquent souvent une mésentente entre les associés.

Une mésentente qui se termine parfois par des conflits ouverts devant les tribunaux. Justement, c’est ce qui s’est passé au niveau du Csl-Sénégal entre le propriétaire et directeur général, le Sénégalais d’origine libanaise M. Jihad Derwiche et son ex-associé, M. Balbir Singh Cheema, un ressortissant indien vivant à Dakar.

Après avoir poursuivi en justice son patron, M. Derwiche, qui a été finalement blanchi, M. Cheema s’est vu traquer à son tour et condamner à trois mois de prison avec sursis pour « dénonciation calomnieuse ». Il doit également payer la somme de 5 millions cfa en guise de dommages et intérêts. Bref, l’arroseur arrosé…

En 2018, Balhir Shing Cheema avait saisi le procureur de la République d’une plainte dirigée contre son patron et associé Jihad Derwiche pour association de malfaiteurs, abus de confiance et abus de biens sociaux. Dans sa plainte, l’associé indien avait déclaré que la société Csl Sénégal avait gagné auprès du Comptoir commercial du Sénégal (Ccs) un marché relatif à la réfection et à la modification de son siège.

D’après le plaignant, le devis estimatif était de 230 964 129 cfa mais le sieur Radwane Saheli, un autre associé minoritaire et ingénieur en génie civil, aurait facturé les travaux à 193 964 373 CFA. Selon le plaignant, M. Saheli n’avait justifié à la comptabilité que la somme de 109 740 000 cfa soit une différence de 84 224 373 cfa.

Face aux enquêteurs de la Police, Derwiche avait expliqué que lui et Balbir Singh Cheema avaient cédé 10 % à Radwane Saheli pour faire de ce dernier un actionnaire et un cogérant. Il ajoutait qu’en tant qu’actionnaire passif, il n’intervenait pas dans la gestion de la société et ne pouvait donc pas se prononcer sur les supposées malversations. M. Jihad Derwiche a également démenti avoir fait bénéficier au Ccs, dont il était le Directeur Général, d’un quelconque avantage de la part de Csl-Sénégal.

En ce qui concerne les autres accusations portées sur Radwane Saheli, je pense que ce dernier est mieux placé que quiconque pour répondre et laver son honneur » avait précisé Jihad Derwiche.Eh bien, dès qu’il s’est vu notifier son ordonnance de non lieu, il s’est retourné contre son accusateur, l’ex-associé indien.

Pour le délit de dénonciation calomnieuse, M. Cheema a été condamné en juillet 2021 par le tribunal correctionnel. Comme dans plusieurs affaires de ce genre, hélas, une bombe de doutes et de suspicions a fait éclater le groupe d’amis associés que constituaient Jihad Derwiche, Radwane Saheli et Balbir Singh Cheema.

Assane SEYE-Senegal7

laissez un commentaire