Accueil Actualités Affaire Khashoggi : Mohammed ben Salmane peut-il en sortir indemne ?

Affaire Khashoggi : Mohammed ben Salmane peut-il en sortir indemne ?

Le pouvoir wahhabite tente par tous les moyens d’épargner l’influent prince héritier. Mais le prince héritier Mohammed ben Salmane devrait toutefois voir son image durablement ternie par l’affaire Khashoggi.

Samedi 20 octobre à l’aube, Riyad admet que l’éditorialiste saoudien Jamal Khashoggi est mort, tué au cours d’une « bagarre », d’une « rixe à coup de poings », sans toutefois révéler où se trouve le corps du journaliste qui n’est jamais réapparu après un rendez-vous administratif au consulat saoudien d’Istanbul, le 2 octobre. Il est annoncé dans la foulée que des proches conseillers du prince héritier Mohammed ben Salmane ont été limogés, dont plusieurs travaillaient pour le renseignement saoudien.

Par ce revirement à 180 degrés du scénario initialement assumé, le régime saoudien cherche à faire savoir qu’il a entendu le tollé international provoqué par l’affaire, et que la responsabilité du crime incombe aux services secrets.

« La ligne de défense de la monarchie est maladroite, elle cherche principalement à sauver le prince héritier et à minimiser son implication dans cette affaire », estime Karim Sader, politologue et professeur à l’université Saint-Joseph à Beyrouth, sur France 24. « Or les personnes qui vont devoir servir de boucs-émissaires sont des proches du prince héritier. Comment le général Al-Assiri, chef du renseignement, aurait-il pu agir de son propre chef, sans recevoir les instructions de son supérieur qui est Mohammed ben Salmane? Nous sommes face à un problème de crédibilité et pouvons constater de nombreux tâtonnements. »

Sauver Mohammed ben Salmane (dit MBS) en minimisant sa responsabilité dans l’affaire s’avère être une tâche très difficile, poursuit Karim Sader. Le politologue libanais table sur une mise à l’écart du prince héritier, non pas à court terme – « Ce serait le désavouer directement et le pointer du doigt comme responsable » – mais à moyen terme – « C’est un scénario très possible ». D’ailleurs, pointe-t-il, « son frère Khaled ben Salmane a été rappelé récemment de Washington, où il était l’ambassadeur pour l’Arabie saoudite, pourdevenir vice-prince héritier ». Rfi

Souleymane Sylla-senegal7

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici