Affaire Mancabou : « L’Etat peut être poursuivi pour non-assistance à personne en danger »(Pr Samba Thiam ONDH)

François Mancouba, le seul membre supposé du commando de la «Force spéciale» qui n’a pas été inculpé et envoyé en prison est décédé à l’hôpital Principal de Dakar, mercredi à 22 heures 40 minutes. Un décès qui continue de susciter des réactions.
« François Mancabou a violemment cogné le mur et les grilles de la cellule de détention sans que l’on sache réellement ses motivations profondes. Les enquêteurs disposent d’image vidéos de treize (13) minutes qui seront versées dans le cadre de l’enquête », a dit le procureur de la république, Amady Diouf, face aux journalistes, jeudi. Une thèse que rejette sa famille. Selon elle, François Mancabou a été torturé par la police lors de sa garde-à-vue.

Interrogé sur le sujet à l’émission Jury Du Dimanche sur Iradio, le professeur agrégé d’Histoire du droit et avocat, Samba Thiam a indiqué que l’Etat peut être poursuivi pour non-assistance à personne danger.

Selon le nouveau président de l’Organisation nationale des droits de l’homme du Sénégal (ONDH), le Sénégal est obligé d’ouvrir une enquête. Il doit répondre même à une demande internationale. Puisque les droits de l’homme, c’est un combat international. Donc, le Sénégal se doit de rendre compte à toute la communauté internationale. Cette personne a été gardée à vue et l’État a l’obligation de protéger cette personne », a-t-il affirmé à l’émission Jury Du Dimanche.

Parlant de la vidéo invoquée par le procureur, l’Avocat a dit qu’il ne comprend pas le maître des poursuites. « Il y’a une victime, il y’a une personne qui avait été poursuivie et il y’a aussi la société. Donc, quand le procureur sort il devait s’arrêter à dire qu’une enquête a été ouverte. Je ne comprends pas qu’on y aille jusqu’à parler d’une vidéo. C’est comme si on a déjà tranché », a-t-il laissé entendre.

Le professeur Samba Thiam souligne par ailleurs, qu’on ne peut pas dire au procureur pourquoi vous avez saisi la Dic et pas la gendarmerie ? « Ce qu’on veut, c’est la lumière dans cette affaire. L’État doit mener une enquête très sérieuse parce que c’est extrêmement grave. (…) Ça m’inquiète l’enregistrement et je ne comprends pas que le procureur fasse allusion à cette vidéo. S’il en parle alors qu’on est en phase d’enquête, c’est comme si le jugement a déjà commencé et qu’on a déjà tranché », regrette le droit de l’hommiste.

Le président de l’Organisation nationale des droits de l’homme du Sénégal (ONDH) engage la responsabilité de l’Etat. Il peut être poursuivi pour non-assistance à personne en danger. « Quand on a le temps de filmer une personne pendant 13 minutes, on a le temps de lui apporter aide et assistance », a déclaré l’invité du JDD qui s’interroge sur la pratique de la torture dans nos prisons. « Dans le cadre de la fonction que j’exerce, j’ai constaté que les locaux de la police et de la gendarmerie sont des lieux de torture. La façon de parler, c’est aussi de la torture. Le fait de rester longtemps sans s’alimenter, c’est aussi de la torture », a dénoncé la robe noire.

Agé de 51 ans, François Mancabou était un ancien militaire et garde du corps de l’ancien ministre Cheikh Tidiane Gadio. Il a été arrêté 17 juin passé en marge de la manifestation interdite de la coalition Yewwi Askan Wil’ dans l’affaire dite «Force spéciale». Dans ce dossier judiciaire les mis en cause sont poursuivis pour complot contre l’autorité de l’État, actes de nature à occasionner des troubles politiques graves, association de malfaiteurs en vue d’organiser des bandes en leur fournissant des armes et munitions, dans le but de s’attaquer à la force publique, détention et transport de produits et substances incendiaires en vue de compromettre la sécurité publique et détention illégale d’armes à feu.

Diaraf DIOUF Senegal7