Accueil Actualités Affaire Sonko : Une « Sall » guerre ?

Affaire Sonko : Une « Sall » guerre ?

Le landerneau politique a été secoué par des accusations de viols contre le leader du parti Pastef les patriotes. Une masseuse a, en effet, déposé plainte à la brigade de recherche contre Ousmane Sonko qu’elle accuse d’avoir abusé d’elle sexuellement au cours de séances de massage :

L’accusation est autant salace que destructrice. Tellement d’hommes politique ont vu leur envol brisé grâce à des scandales sexuels. Sous d’autres cieux, ils sont simplement utilisés pour détruire des adversaires. Cette pratique a-t-elle inspirée les « cabinets noirs » de l’exécutif pour éliminer un adversaire faute de le « réduire à sa plus simple expression » sur le plan politique ? Ousmane Sonko n’en doute pas, « voici venue l’affaire des viols « répétitifs » sous la menace de deux pistolets, en présence de témoins et avec envoi préalable de Sms par le violeur pour annoncer son arrivée à sa victime. Aucun homme politique n’a jamais été autant diffamé, calomnié et persécuté en si peu de temps », a réagi le leader du Pastef sur sa page Facebook. Toutefois, l’enquête suit son cours, et une partie de la presse fait état d’une possible convocation de Ousmane Sonko à la section des recherches. Seulement, une affaire qui implique le porte flambeau de l’opposition suscite naturellement des interrogations. Le Chef de l’état n’a jamais fait mystère de ses intentions de réduire à sa plus simple expression l’opposition. Dans la pratique, il n’a pas dérogé à cette règle. Maniant la carotte et le bâton, il a tantôt brisé des carrières (Karim Wade, Khalifa Sall), tantôt réduit des bavards au silence (Idrissa Seck…). Sonko est-il la prochaine cible des manœuvres présidentielles ? C’est une évidence, le jeu politique étant ainsi fait. Le procédé sera-t-il régulier ? C’est tout le sens des suspicions qui entourent cette affaire de mœurs. L’avenir nous édifiera…

Mais, il est, dans ce contexte, important de souligner que sur une scène politique où Idy est réduit au silence et Sonko sali et neutralisé, il y’a des motifs de s’inquiéter pour notre démocratie. D’autant plus que ces derniers jours la société civile est harcelée (arrestation de Boubacar Seye…) et les médias très critiqués par le chef de l’état…

Mbissane TINE-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici