Accueil Afrique Afrique de l’Ouest: Vers un mois d’octobre explosif

Afrique de l’Ouest: Vers un mois d’octobre explosif

Ça risque d’exploser dans le sous région ouest africaine pour le mois d’octobre prochain. Que ça soit en Côte d’Ivoire ou en Guinée Conakry, on va vers des élections explosives. Ajoutée à cela, la crise Malienne qui ne connait toujours pas une issue favorable.

Le 18 octobre 2020, la Guinée Conakry va élire son président. Une élection  pésidentielle dont participerait le président sortant âgé de 82 ans. En effet même s’il ne s’est pas encore prononcé, Alpha Condé a été officiellement investi par son parti le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG).

Une candidature qui risque de créer un gros problème dans le pays. Car les membres du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) estiment que le président Condé n’a pas droit à un troisième mandat.

Cette structure qui regroupe la société civile et les partis de l’opposition guinéenne, mène un combat farouche pour le respect de la constitution. Même s’ils n’ont pas pu s’opposer à la tenue du référendum, les membres de cette plateforme promettent de se battre corps et âmes pour empêcher Alpha Condé de briguer  un troisième mandat.

En Côte d’Ivoire aussi, l’élection présidentielle va se tenir le 31 octobre prochain. Une élection qui risque de réveiller les vieux démons d’une crise qui avait fini de diviser le pays en deux partis en 2011.

En mars dernier, devant les parlementaires du Sénat et de l’Assemblée nationale réunis en Congrès extraordinaire, le président ivoirien avait indiqué qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession.

Sept mois après cette sortie, le président Alassane Dramane Ouattara  est revenu sur sa décision de ne pas se présenter. Une option qui est survenue deux semaines après la mort de son premier ministre et candidat du RHDP, Amadou Gon Coulibaly.

« Face à ce cas de force majeure et par devoir citoyen, j’ai décidé de répondre favorablement à l’appel de mes concitoyens me demandant d’être candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. Je suis donc candidat », a déclaré ADO à la veille du soixantième anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire.

Il part ainsi à l’assaut d’un troisième mandat au moment où sa candidature est fortement contestée par l’opinion publique ivoirienne et par les membres de l’opposition.

Hormis cette candidature contestée de ADO, d’autres bombes risquent d’exploser sur la tête des ivoiriens. Il s’agit de l’exclusion de deux ténors de l’opposition des listes électorales. Ainsi,  blanchi par la cour pénale internationale, Laurant Bagbo et l’ancien premier ministre et ancien président de l’assemblée nationale, Guillaume Soro vont devoir prendre leur mal en patience.

Ces deux politiciens expérimentés qui possèdent un encrage populaire irréversible  et une influence dans certaines zones du pays, ne comptent pas se laisser faire. Ils vont mener le combat jusqu’au bout et ce qui risque d’être fatal à la cohésion nationale.

Ces deux élections, ajoutées à la crise malienne avec le M5 qui demande le départ sans condition du président Ibrahima Boubacar Keita, constituent une cocktail dangereux qui risque à terme d’éclabousser toute la sous-région durant le mois d’octobre prochain.

                                                Mouhamadou Sissoko-Senegal7

9 Commentaires

  1. Oui, c’est comme si cela va chauffer. Mais tout se passera comme lettre à la poste. Les oppositions et les sociétés dites »civiles » qui bravent ces candidatures dites » anticonstitutionnelles », n’ont aucun répondant au niveau international. Car, la réalité, c’est que l’occident n’a pas intérêt qu’il y ait des changement de personnes à la tête de tous ces états.Le paradoxe des occidentaux c’est que, chez eux, ils sont à cheval sur les règles démocratiques de gestion du pouvoir. Mais ailleurs, sous le couvert du principe fallacieux de non ingérence, ils laissent et, parfois même, encouragent la perpétuation des règnes de certains hommes à la tête des états d’Afrique surtout. A y voir de près, ces occidentaux, en fin de compte ne sont pas des démocratiques, car, quand on est démocratique, on l’est sous tous les cieux et en tout temps; la démocratie se vit partout. Et, en tant que vrai démocrate, on doit avoir le courage de dénoncer toutes les violations des principes démocratiques partout dans le monde. Ces occidentaux ne le feront pas parce qu’ils sont plus attachés à leurs intérêts économiques qu’au bien être des peuples opprimés? A défaut qu’est-ce que cela coûterait à un état démocratique occidental de condamner et, même, de faire condamner par le Conseil de Sécurité, certaines ambitions démesurées à conserver à tout prix le pouvoir ? Qu’est-ce que cela coûterait à un état dit démocratique de l’occident de couper ses relations diplomatiques avec certains régimes qui veulent s’imposer à leurs peuples par des répressions aveugles? que ne prendrait-il pas des sanctions à l’encontre de tous ceux qui tentent de se rendre coupables de tels forfaits? En vérité, cela va durer encore et encore. C’est la triste réalité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici