Accueil Actualités Amadou Bâ, Aminata Touré, Makhtar Cissé : Les présidentiables de Macky ?

Amadou Bâ, Aminata Touré, Makhtar Cissé : Les présidentiables de Macky ?

71676456 1250499098465783 5687484809639624704 N

Ils sont tous présidentiables. C’est-à-dire, l’un d’eux peut demain diriger la candidature de l’Apr ou de Benno Bokk Yakaar. Amadou Bâ, Aminata Touré, Makhtar Cissé , c’est le trio présidentiable de Macky et dans la moindre mesure, Boun Abdallah Dionne.

Au cas où Macky Sall serait contrait de respecter l’article 27 de la constitution qui stipule que «nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutif», Amadou Bâ, Aminata Touré, Makhtar Cissé, voire Mouhamad Boun Abdallah Dionne », sont tous présidentiables.

«L’élu du peuple ne peut plus rester au pouvoir au-delà d’une décennie»

C’est la conviction du Forum du justiciable. Cette organisation de la société civile souligne que «le deuxième alinéa de l’article 27 de la Constitution ci-dessus combiné avec l’article 103 règle définitivement la question du nombre de mandats qu’un président peut briguer, puisqu’il est précisé que nul Sénégalais ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs. L’élu du peuple ne peut plus rester au pouvoir au-delà d’une décennie». Babacar Ba et Cie précisent également que «les deux mandats consécutifs dont fait état le constituant sénégalais sont indifférents d’un mandat de 7 ou de 5 ans. Alors peu importe qu’il soit un mandat de 7 ou de 5 ans, ce qui prévaut en l’espèce, c’est uniquement le nombre de mandats qu’aura exercé le président en exercice».
Le Forum du justiciable estime que «la sortie de l’ancien ministre de la Justice Ismaila Madior Fall sur la question ne peut nullement semer le doute ou la confusion sur l’interdiction absolue faite par le constituant au président Macky Sall de briguer un troisième mandat».

Et de conclure : «dans l’esprit de la révision constitutionnelle de 2016, la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels permet d’éviter la monopolisation du pouvoir par le chef de l’Etat et vise à encadrer dans le temps l’exercice du pouvoir en proscrivant les longs règnes préjudiciables à l’institutionnalisation du pouvoir.

«Tous les grands hommes préparent leur successeur»

Il est de notoriété que tous les grands hommes préparent leur successeur. Ce, pour éviter des émules. Qui souvent mettre en péril la bonne cohésion dans une formation politique ou dans toute autre entité, sans quoi, l’éclatement est inévitable.

C’est en ce sens que le chef de l’Etat actuel, Macky Sall a été sommé de choisir son dauphin, di fait qu’il est dans son deuxième et dernier mandat. Car, au Sénégal, avec les révisions constitutionnelles intervenues en 2016, «nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs».

Même si le chef de l’Etat campe dans sa logique que sa succession n’est pas à l’ordre du jour, force est de reconnaitre que des profils se sont dégagés pour le succéder, et contrait un jour à régler cette question.

Il s’agit du trio : Amadou Bâ, Aminata Touré, Makhtar Cissé et dans la moindre mesure Abdallah Dionne.
senegal7