L'Actualité en Temps Réel

Amnistie Karim et Khalifa : Macky enclenche le grand jeu !

Il n’aura fallu que temps au temps pour  que Macky dont le mandat présidentiel se disperse en vienne à proposer à son Garde des Sceaux, ministre  de la justice, l’amnistie de Karim Wade et Khalifa Sall. Ainsi, ayant plus d’un arc dans sa besace, le Premier Sénégalais en fin manœuvrier chercherait par tous les moyens tactiques à combler le gap de sa majorité parlementaire à l’hémicycle. Et le prétexte des retrouvailles de la grande famille libérale demeure un accoudoir difficile à renier par un Pds  qui dit n’avoir  jamais demandé d’amnistie. Khalifa s’en retrouverait ragaillardi mais positionné au sein de Yewwi Askan Wi. Sonko théoriquement délogé de sa guérite de chef de l’opposition. Macky enclenche ainsi le grand jeu sans coup férir.

La question de la troisième candidature du Chef de l’Etat Macky Sall reste toujours une énigme difficile à démêler. Macky brouille  ainsi les pistes et imprime  ses marques en proposant à son Garde des Sceaux, l’amnistie de Karim Wade et de Khalifa Sall. Une décision certes louable mais qui aura pris de court tout le landerneau politique national.

Le gouvernement de combat d’Amadou Bâ est-il en train de dérouler une stratégie de mise à niveau de la démocratie sénégalaise tant décriée sous le règne de son mentor ? Macky a-t-il le choix de laisser pourrir la condamnation de Khalifa et Karim sur l’autel de la reddition des comptes ?

Sonko est-il le « mohican » qui l’empêcherait de dormir depuis mars 2021 ? Voici autant de questionnements sur lesquels, les Sénégalais chercheraient indubitablement à y voir clair. De toute évidence, en politique, aucun acte n’est gratuit et Macky  dont la majorité se retrouve équilibrée par  rapport à celle de l’opposition à l’hémicycle, n’aurait plus les coudées franches en ce qui concerne sa légitimité.

Et comme personne n’est jamais assez fort pour toujours être le plus fort comme l’indique Rousseau, il vaudrait mieux pour son éminence d’honorer l’Institution qu’il porte que de s’en tenir du contraire. Ainsi, en Conseil des ministres, premier du genre sous l’ère Amadou Bâ, Macky consent enfin desserrer l’étau sur Khalifa Sall et Karim Wade. Quand bien même, le Pds par le biais de son porte-parole, Nafissatou Diallo, a  réaffirmé qu’il ne veut pas d’une amnistie pour Karim mais une révision de son procès.

Mais si tout se passe comme prévu,le linge sale pourrait bien se laver en famille car les retrouvailles de la grande famille libérale pourraient probablement aboutir. Du coup,Wallu Sénégal  pourrait éventuellement se détacher de l’inter-coalition qui le lie à Yewwi Askan Wi.

La cassure de cette dynamique pourrait insuffler un nouveau souffle aux libéraux. Et Sonko risque à bien des égards de porter un regard neuf sur Khalifa Sall qui sera prochainement candidat à la présidentielle.

Mais le leader de Pastef qui semble l’épicentre de tout ce branle-bas de combat se voit théoriquement ôté de sa posture de chef de l’opposition. A tort ou à raison, Macky chercherait à l’isoler du mieux qu’il pourrait en  laissant Karim et Khalifa entrer en scène.

Mais dans la réalité des résultats de la présidentielle dernière, Sonko demeure toujours le chef de l’opposition, cependant l’épée de Damoclès de son dossier judiciaire reste  aussi suspendue sur sa tête.

Ajouté au mutisme déconcertant  du Chef de l’Etat sur sa probable troisième candidature, l’on comprend dès lors  l’enclenchement du  grand jeu politique, objet de moult supputations de la part des observateurs.

Pour l’heure, cette manœuvre grandeur-nature  ressemble quelque peu au gouvernement de combat mis en place et qui voudrait sortir les Sénégalais de l’ornière à quelques encablures de la fin de règne du Président Macky Sall. Le prétexte aura été  de taille même si des zones d’ombre persistent dans ce choix stratégique qui rebat quasiment  toutes les cartes du landerneau politique national.

Assane SEYE-Senegal7