Accueil Actualités Année 2020 au Sénégal : Un véritable concert de casseroles

Année 2020 au Sénégal : Un véritable concert de casseroles

L’année 2020, qui est son tout dernier virage a été une année de toutes les protestations au Sénégal.

Début janvier déjà, des manifestations contre la hausse du prix de l’électricité, des manifestants ont dit «noo lank» («nous refusons» en wolof) à la hausse des tarifs de l’électricité devant la place de l’Obélisque. C’était un  vendredi10 janvier.

Le bradage du Littoral, du foncier tout court a fait sortir les Sénégalais dans les rues. Également, avec l’avènement de la covid-19, l’instauration du couvre feu a suscité des révoltes des populations qui exigent du pouvoir en place un assouplissement. Entre autres faits majeurs, Sénégal revient sur ces manifestations qui ont plus marqué l’année 2020.

Manifestation contre la hausse du prix de l’électricité

 Des manifestants disent «noo lank» («nous refusons» en wolof) à la hausse des tarifs de l’électricité devant la place de l’Obélisque, à Dakar, le vendredi 10 janvier 2020.

 Jusqu’à 10% d’augmentation pour les tarifs de l’électricité. C’est la mesure qui agite les citoyens sénégalais, depuis début décembre 2019. Une troisième marche de protestation était organisée, vendredi 10 janvier, à Dakar et dans plusieurs villes du pays par le collectif citoyen Noo Lank, soutenu par une partie de l’opposition sénégalaise.

La Senelec (Société nationale d’électricité) a augmenté ses prix pour financer notamment le développement de son réseau. « Noo Lank », c’est le message s’affichait ainsi sur les banderoles de même que s’affichaient les tee-shirts verts et blancs des centaines de manifestants sortis protester, ce vendredi 10 janvier, sur la place de la Nation, à Dakar. Cette mobilisation entend se poursuivre jusqu’à ce que les tarifs de l’électricité soient revus à la baisse.

Fadel Barro, ex-coordonnateur du mouvement citoyen « Y’en a marre » fait partie des organisateurs : « L’objectif, c’est de faire abandonner à l’État de Macky Sall, la hausse du prix de l’électricité qui est injustifiée. Ils peuvent le faire s’ils acceptent, eux, de réduire leur train de vie, ne serait-ce que symboliquement en supprimant des institutions au budget qui ne servent à rien. Ils veulent que les Sénégalais payent pour que, eux, vivent dans l’opulence. Les Sénégalais ne l’accepteront pas », précise-t-il.

Une colère partagée par de nombreux citoyens de Dakar et d’ailleurs. Parcce que selon les manifestants : «si l’électricité augmente, tous les autres produits vont suivre. Les boulangeries, les transports qui eux aussi vont augmenter parce qu’ils utilisent de l’électricité. Tout est cher au Sénégal actuellement, tout est cher ».

La fédération des boulangers ainsi que des syndicats de travailleurs s’étaient d’ailleurs joints au cortège. Tous ont appelé à la libération de plusieurs militants, arrêtés fin novembre, alors qu’ils protestaient eux-aussi contre les nouveaux tarifs de la Senelec.

Bradage du Littoral  

Pour marquer le 23 juin, le Comité de lutte pour la préservation du Littoral sénégalais avait manifesté sur la Corniche-Ouest de Dakar pour dénoncer l’accaparement des terres du domaine national et l’occupation anarchique du Littoral. La manifestation, sous forme de sit-in, a eu lieu à la plage sise en face de la Cité Fenêtre Mermoz.

Bradage foncier

La marche des populations lointaines du Sénégal, notamment dans sa partie méridionale, précisément à Madina Wandifa, dans la région de Sédhiou suffit comme exemple. Elle reflète les rancœurs des populations contre l’Etat et l’autorité municipale.

Ici, entre le Maire de la Commune de Madina Wandifa et ses mandants, ce n’est plus le parfait amour. Malang  Sény Faty, puis que c’est de lui qu’il s’agit, est accusé de faire main basse sur des centaines,voire des milliers d’hectares de terres au niveau de cette Commune située dans le département de Bounkiling (région de Sédhiou).Très remontées contre cette boulimie foncière insatiable du député-Maire de cette localité, les populations entendent, prochainement, hurler leur colère :” Ce qui se passe au niveau de notre Commune est vraiment déplorable.

Le Député-Maire Malang Sény Faty se comporte tel un monarque. Il conduit les destinées de notre Commune d’une façon unilatérale. Il procède à des lotissements non autorisés qu’il conçoit et applique sans consulter les services techniques du Cadastre et de l’Urbanisme. Il procède aussi à l’attribution des lots issus de ces lotissements irréguliers sans s’en rapporter à la Commission prévue à cet effet: des actes dans un Sénégal pour lequel le Président Macky a pris le pari de l’émergence”, a laissé entendre un membre influent du Collectif pour la défense des terres de la Commune de Madina Wandifa.

Il poursuit, en apostrophant le Maire :” Plus grave encore, en fait d’attribution de terrains, il s’agit plutôt d’une vaste opération de vente illicite de parcelles issues de soi- disant lotissement du Maire. Pire encore, ces ventes ont lieu avec encaissement des frais de bornage sans que le receveur principal, en l’occurence, le percepteur du Trésor de Bounkiling ne soit mis au courant ni saisi. Dans la rigueur légale, les frais de bornage devraient être liquidés par le Maire. Ainsi, il confond et cumule les fonctions d’administrateur et de comptable. Il s’agit là de lourdes fautes de gestion punies par la loi et les règlements”.

Des manifestations violentes contre le couvre-feu

 Des manifestations violentes contre le couvre-feu instauré pour endiguer le coronavirus ont éclaté mercredi dans plusieurs villes du Sénégal, pour la seconde nuit consécutive, atteignant cette fois la capitale Dakar, alors qu’un assouplissement de l’état d’urgence se profile malgré la progression de la maladie.

Pneus incendiés, jets de pierre sur les forces de l’ordre, grenades lacrymogènes… les mêmes scènes se répétaient, des quartiers populaires de la capitale à l’intérieur du pays, comme à Kaolack. Des manifestations sont organisées dans plusieurs coins de Dakar, la capitale.

Plus tôt dans la journée, le président Macky Sall avait une nouvelle fois «appelé les populations à veiller au respect scrupuleux des règles établies dans le cadre de l’état d’urgence et de la lutte contre la pandémie de la COVID-19», selon un communiqué diffusé après le conseil des ministres.

À cette occasion, le chef de l’État a aussi confirmé sa «stratégie d’assouplissement graduel des mesures restrictives» liées à l’état d’urgence, notamment dans le secteur des transports.

Les manifestations avaient démarré mardi soir, sans dans un premier temps toucher la capitale, une ville de plus de 3 millions d’habitants qui est l’épicentre de la maladie dans le pays.

Dans la ville de Touba, à 200 km à l’est de Dakar, le bilan des événements de la nuit de mardi à mercredi est de «trois véhicules de police et une ambulance brûlés, le centre de traitement des malades de la COVID-19 attaqué.

Pape Alassane Mboup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici