Accueil Actualités Après le massacre à Christchurch, la Nouvelle-Zélande va durcir sa législation sur...

Après le massacre à Christchurch, la Nouvelle-Zélande va durcir sa législation sur les armes

Entre 1,2 et 1,5 million d’armes, pour la plupart non enregistrées, sont en circulation dans le pays. Pour la première ministre, il est « temps de procéder à un changement » après cet attentat.

En achetant deux fusils semi-automatiques, deux fusils de chasse et un fusil à pompe, Brenton Tarrant n’a enfreint aucune loi néo-zélandaise. Pourtant, c’est grâce à cet arsenal particulièrement létal que, vendredi 15 mars, le terroriste a tué 50 personnes et en a blessé 50 autres dans deux mosquées du centre-ville de Christchurch.Le pire massacre de l’histoire récente du pays. « Ce que je peux vous dire, c’est que notre législation sur les armes va changer » a indiqué dès le lendemein de l’attentat islamophobe la première ministre travailliste Jacinda Arden. Lundi 18 mars, elle a promis que son gouvernement présenterait des propositions de réformes dans les dix jours.La législation actuelle, intitulée Arms Act et adoptée en 1983, dispose qu’il faut un permis pour acheter une arme. Il en existe de différents types. Le permis standard, dit de « catégorie A », s’applique à la plupart des armes en vente – soit plus de 2000 –, dont certains fusils semi-automatiques. Il est délivré à l’issue d’un processus s’étalant sur plusieurs mois et au cours duquel les autorités passent au crible le profil du demandeur, qui doit suivre des séances d’instruction : casier judiciaire, consommation de drogue et fréquentations. Elles interrogent également l’individu concerné ainsi que deux de ses proches. Une fois délivré, le permis est valable pendant dix ans. Cette loi a été durcie en 1992 après une tuerie de masse qui avait coûté la vie à 13 personnes à Aramoana, sur l’île du sud. Les fusils semi-automatiques militaires dotés notamment de chargeurs à grande capacité ont été placés sous « catégorie E ». Ce permis de port d’armes est plus difficile à acquérir.« Il s’agit de lois restrictives qui se concentrent surtout sur le contrôle et l’éducation du demandeur, explique l’avocat néo-zélandais Nicholas Taylor, spécialiste de la question. Depuis 1990, il n’y avait plus eu de tuerie de masse dans le pays. » Malgré le nombre élevé d’armes en circulation – entre 1,2 et 1,5 million, dont près de la moitié seraient des semi-automatiques, pour une population de 5 millions d’habitants –, la Nouvelle-Zélande est considérée comme l’un des pays les plus sûrs au monde avec 35 homicides en 2017, selon la police.

Le «  Monde » avec Sénégal7