Arrestations et tortures d’activistes : Amnesty , Raddho, Lsdh , décident de poursuivre les policiers incriminés

Des membres de la société civile dont Alioune Tine d’Afrikajom Center et Seydi Gassama d’Amnesty International ont dénoncé les actes de torture dont disent être victimes des activistes comme Guy Marius Sagna et autres participants de la marche contre le parrainage ce mercredi 23 mars.
« Nous exprimons notre indignation la plus profonde face aux allégations de violences, traitements cruels et dégradants subis par des activistes femmes et hommes manifestant contre le parrainage. Une enquête doit être ouverte par la justice pour identifier et punir les responsables « , s’est insurgé fait savoir, Alioune Tine sur Twitter.
Seydi Gassama lui pointe du doigt le comportement de certains agents de police. « Les traitements infligés par la police aux dix-huit (18) activistes prodémocratie interpellés le 23 mars 2022 n’ont qu’un seul objectif : les terroriser pour les dissuader d’organiser d’autres manifestations ». Il ajoute, « ces comportements sont indignes d’une police républicaine. Ces agents n’ont pu agir de la sorte sans avoir reçu de leurs supérieurs des ordres ou une garantie d’impunité « , a-t-il regretté.
Les droits de l’hommiste ( Raddho, Lsdh , Amnesty vont engager une procédure pénale contre les policiers incriminés. Un pool d’avocats sera commis.
Diaraf DIOUF Senegal7