L'Actualité en Temps Réel

Attaques contre Abdallah Dionne : Jules Diop prend la plume et défend l’ex-PM

1

Alors qu’il état l’invité de l’émission : «Objection» de ce dimanche 31 mai 2020 sur Sud Fm, Mamadou Abdoulaye Sow, ancien ministre du Budget sous Wade, a laissé entendre que l’ancien Premier ministre, Boun Abdallah Dionne, aujourd’hui secrétaire général de la présidence, ne doit pas siéger aux conseils des ministres. Et qu’il s’agit là d’une «violation de la tradition administrative».

Sur sa page Facebook, Souleymane Jules Diop, ancien ministre délégué en charge du Pudc, prend la défense de son ancien patron. A l’en croire : «les Secrétaires généraux de la Présidence et du Gouvernement assistent au Conseil, sans pour autant être membres du Gouvernement et qu’Abdallah Dionne a rang de ministre d’Etat».

«Violation de la tradition administrative»

«A l’heure actuelle, dans les institutions de la République, le ministre d’Etat secrétaire général de la présidence, Mahamed Boun Abdoulaye Dionne n’est pas membre du gouvernement. Dans la tradition administrative, il ne doit pas siéger au conseil des ministres », déclare-t-il. A moins que, dit-il, «le président de la République l’invite à venir siéger ». Mais ce qu’il a constaté et qu’il déplore, c’est « qu’on lui donne même la possibilité d’exposer au Conseil des ministres », a déploré l’ancien ministre du budget, Mamadou Abdoulaye Sow qui parle de «violation de la tradition administrative». .

Ce qui est encore plus «bizarre» d’après lui, c’est «qu’il y a des décrets où c’est lui-même qui fait le rapport de présentation. Dans certains textes, dans l’ordre protocolaire, on le cite avant les ministres. Par exemple dans le décret qui organise la Force Covid-19, on cite le ministre d’Etat secrétaire général du gouvernement avant le ministre des Finances ». Or, signale l’inspecteur principal du trésor, « dans la tradition administrative cela ne doit pas exister. N’étant pas membre du gouvernement, cela c’est un problème».

«Abdallah Dionne, Secrétaire général a rang de ministre d’État…»

«L’organisation du Conseil des ministres tient plus de l’usage que des règles qui déterminent son fonctionnement. Dans la tradition française comme sénégalaise du Conseil des ministres, les Secrétaires généraux de la Présidence et du Gouvernement assistent au Conseil, sans pour autant être membres du Gouvernement. Si en France, ils ne prennent pas la parole et sont installés sur une table séparée, au Sénégal, les textes ne l’excluent pas. Il est par ailleurs clair que le President de la République préside le Conseil, fixe l’ordre du jour, en assure la police et accorde la parole à ses membres lors des débats, qui s’adressent exclusivement à lui. Mais encore, le President de la Republique peut admettre au Conseil toute personne, selon qu’il le jugera opportun. Par ailleurs, faut-il le rappeler, il est arrivé que sous les Présidents Senghor, Diouf comme Wade, des personnalités n’ayant pas rang de ministre siègent au Conseil. Le Conseiller diplomatique par exemple (qui n’avait pas rang de ministre). La pratique n’est pas nouvelle puisque sous François Mitterrand, le Conseiller spécial Jacques Attali siégeait au Conseil des ministres », a répondu Souleymane Jules Diop.

Avant de conclure : «ce qui rend la situation sénégalaise originale, c’est que le Secrétaire général a rang de ministre d’État. S’il ne siège pas, que dire alors du Directeur de cabinet du Président de la Republique qui, de rang protocolaire inférieur, siège au Conseil à la droite du Chef de l’Etat sans être membre du Gouvernement ? L’organisation du Conseil des ministres relève et des textes qui en garantissent le cadre juridique, et des pratiques qui en fondent l’usage. Sous Giscard, les Secretaires généraux siégeaient tous. Sous Sarkozy, seuls quelques-uns siégeaient, en fonction des questions évoquées.

Les deux personnalités les plus utiles du Conseil des ministres sont les Secrétaires généraux, qui sont les véritables maîtres des deux poumons de l’administration. Ils sont aussi les plus sollicités pour les actes qu’ils doivent transmettre pour leur présentation».

Pape Alassane MBOUP-Senegal7

Afficher les commentaires(1)