Barth’ va-t-il rejoindre les autres K (Karim et Khalifa) ?

La sentence est tombée. La Cour d’appel de Dakar a confirmé le tribunal correctionnel qui avait condamné Barthélémy Dias à 2 ans dont 6 mois de prison ferme. Poursuivi pour coups mortels dans l’affaire Ndiaga Diouf, le maire de Dakar est hanté par cette histoire qui plane au dessus de sa tête depuis une décennie et constitue une menace pour sa carrière politique. Le tribunal de Dakar étant depuis quelques années le terminus des ambitions pour des hommes politiques comme Khalifa Sall et Karim Wade. Les démons de ces derniers ont rodé autour du jeune socialiste, auront-ils raison de lui. Son avocat précise et rassure, « le maire ne peut plus faire l’objet de révocation. Mais cette condamnation met en péril son mandat de député », a déclaré Me Khoureychi Ba. En clair, Barth’ ne va pas connaitre le même sort que les deux K (Karim et Khalifa) freinés dans leur ascension politique par leurs condamnations respectives. Seulement, son siège de député est menacé si l’on se fie à l’article 51 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale qui stipule que « le député qui fait l’objet d’une condamnation pénale définitive est radié de la liste des députés de l’Assemblée nationale sur demande du Ministre de la Justice ». Une règle qui avait couté à Khalifa Sall son poste de député lors de la 13éme législature. Mais les avocats de l’actuel édile de Dakar ont plus d’un tour dans leur sac pour éviter cette sanction, le pourvoi en cassation est l’une des stratégies retenues, « la loi organique permet au bureau de l’Assemblée nationale de demander la suspension des poursuites lorsqu’un député fait l’objet de poursuites. Et ces poursuites peuvent être suspendues jusqu’à la fin de son mandat. On est peut-être dans ce cadre de figure parce qu’il y’a un équilibre des forces à l’Assemblée nationale. C’est une voie hasardeuse mais le pourvoi étant suspensif il faut exercer la voie du pourvoi », a soutenu Me Ba. Le caractère suspensif du pourvoi, l’ultime espoir de Barth’ pour garder son écharpe de parlementaire ? En tout cas, la perte de son siège serait un moindre mal comparé au sort dramatique de Karim Wade et Khalifa Sall.

 

M. TINE-Senegal7