L'Actualité en Temps Réel

Battue par des policiers : La Camerawoman,Adja Ndiaye en appelle à la Première Dame, Marième FAYE SALL

Agressée par des policiers le lundi 28 décembre 2020,alors qu’elle couvrait l’affaire Dj Malick au Commissariat de la Medina, l’état de santé de la Camerawoman Adja Ndiaye s’est terriblement détériorée. Elle souffre au plus profond d’elle-même et ses parents craignent qu’elle ne passe de vie à trépas.Et c’est consciente de l’aide incommensurable apportée par la « Fondation Servir  le Sénégal » aux Sénégalais qu’elle a décidé de s’adresser  à la Première Dame de la République, Marième FAYE SALL par presse interposée.

Pour Adja Ndiaye Camerawoman,l’heure n’est plus à la polémique encore moins à la surenchère sur son état de santé qui se détériore de jour en jour depuis bientôt un an. Cette professionnelle des médias vit des heures sombres de sa vie car, elle n’aurait jamais pensé tomber sous le coup de la furie de cinq policiers qui l’ont tabassée au point de lui occasionner des blessures dont la décence empêche de qualifier nommément sur ces lignes la région sur son frêle corps.

Les assurances qu’elle avait  reçues de l’Etat et de la Police Nationale n’ont pas été suivies d’effets. Les organisations des médias de la place, les droits de l’hommistes et de bonnes volontés ont tous compati à sa situation et ont demandé à l’Etat de veiller sur sa prise en charge sanitaire afin qu’elle puisse se rétablir définitivement et vaquer à ses occupations. Mais il semblerait que les choses ne se sont pas déroulées comme prévues.

Il est vrai que son Patron de presse ne cesse de lui apporter de l’assistance financière mais arrivé à un certain stade, ce dernier ne pouvait plus tenir. Et c’est fort de cette adversité qu’Adja Ndiaye a décidé de s’adresser directement à la Fondation Servir le Sénégal, présidée par la Première Dame de la République, Marième FAYE SALL .

Tout ce qu’elle souhaite de son éminente, c’est qu’elle puisse l’aider à aller à l’étranger se faire soigner avant qu’il ne soit trop tard. Un an de calvaire sans fin, un an de souffrance intense et un an d’attente lui suffisent pour se rendre compte qu’elle risque de passer de vie à trépas si rien n’est fait pour elle. Elle reste convaincue qu’avec la Première Dame, Marième Faye Sall, elle espère se tirer d’affaire et retrouver sa dignité.

Assane SEYE-Senegal7