Benno, un parti politique : Utopie ou la folie du pouvoir !

0

Depuis un certain moment, l’idée de faire de Benno Bokk Yaakaar une formation politique est agitée par des responsable du parti présidentiel, Apr. des obstacles pas des moindres se dressent devant cette éventualité.

Primo : Macky Sall qui a réussi à maintenir cette alliance depuis 2012 est à son dernier mandat de cinq ans à la tête du Sénégal. Secundo : le Ps et l’Afp, les deux grandes formations politiques qui ont renoncé à leur candidature aux législatives et à la dernière présidentielle au profit de Macky Sall, comptent reprendre leur destin politique. Tertio : des disciples de la première heure, autrefois réunis au sein de la coalition Macky 2012, pourfendant les « ralliés » de Benno Bokk Yakaar (BBY), accusent cet attelage hétéroclite de gérer le pays avec incapacité et réclament sa disparition.
Ambitions débridées, querelles fratricides, réflexes népotiques…

Au sortir de la présidentielle du 24 février 2019, remportée par le candidat de Benno, l’adage : «Mon Dieu, gardez-moi de mes amis ! Quant à mes ennemis, je m’en charge», reflète assez bien l’ambiance qui règne au sein de la mouvance pro-Macky en direction des élections locales et de la présidentielle de 2024.

Dans tous les départements, les communes, principalement dans les grandes communes de la capitale, Dakar, la cuisine politique a, en effet repris ses droits, avec son lot d’ambitions débridées, de querelles fratricides, de réflexes népotiques et même, parfois, de propos fracassants et inopportuns.

«Je déclare ma candidature à la mairie de Dakar, qu’il plaise ou non à Benno. Je dirigerais une liste pour les 19 communes d’arrondissement de Dakar avec une coalition que je vais former pour briguer la mairie de Dakar». Cette sortie de Moustapha Cissé Lô au lendemain de la présidentielle, montre avec suffisance l’impossibilité de Benno Bokk Yaakar de se muer en parti politique.

L’Alliance Benno Bokk Yakaar, même ayant réussi une prouesse à se maintenir pendant presque sept ans, ne sera, sans doute, pas éternel. Qu’à cela ne tienne, la formation politique de Moustapha Niasse a décidé d’avoir un candidat à la prochaine élection présidentielle. C’est ce qu’a révélé Bouna Mouhammed Seck, responsable de l’Afp, alors qu’il était l’invité de l’émission Objection de la radio Sud Fm, en mars dernier.

Selon le directeur de cabinet du président de l’Assemblée nationale et patron de l’Afp, Moustapha Niasse, leur parti aura bel et bien un candidat en 2024 pour la succession de Macky Sall. «Comme tous les partis politiques, l’Afp est créée pour la conquête du pourvoir. Nous aurons un candidat en 2024. Les instances du parti en ont débattu et l’ont décidé démocratiquement», a-t-il révélé.

Même son de cloche au parti socialiste. Après avoir pardonné Tanor et Cie, le maire de Médina estime que c’est une bonne chose de retourner au Ps. Selon Bamba : «il y’avait des problèmes et c’est oublié, nous sommes des socialistes et personne ne peut nous priver ce droit». C’était en mars 2019.

Bamba appelle le secrétaire général du parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng, à se mettre dans le combat de la libération de Khalifa Sall et travailler pour la conquête du pouvoir. A l’en croire : «le PS est un grand parti. Il ne peut pas être derrière un parti. Le Ps aura un candidat en 2024».

Benno Bokk Yakaar au chacun pour soi

Les ambitions personnelles vont sans nul doute prendre le dessus et menacent de faire exploser la majorité lors des élections locales à venir. Car, ces joutes fortement attendues seront un véritable baromètre pour la présidentielle de 2024.

D’ailleurs, au sein même de la coalition du parti présidentiel : Macky 2012, les alliés de Macky Sall au second tour de la présidentielle de 2012, sont vus comme des affairistes à la quête du partage du pouvoir.

Cela étant plus vrai qu’après la victoire contre Wade, le partage a été inévitable. L’Afp au perchoir, le Ps au Hcct.

Fait remarquable. Aux législatives de 2012, l’Apr s’était montrée déloyale avec ses alliés en trustant abusivement les listes. Deux ans plus tard, c’est dans une cacophonie difficilement dissimulable que la coalition Bby est allée demander le suffrage du peuple. Les dernières élections locales ont été risquées pour le pouvoir. Car, il y a régné une pagaille sans nom au niveau des listes de la majorité. Dans de nombreuses communes, les alliés avancent divisés, multipliant les candidatures concurrentes ou dissidentes.

Cela, risque de se répéter aux prochaines locales. Notamment, du fait que les maires et autres présidents de conseils départementaux seront élus au suffrage direct. Ce qui mettra fin au diktat du «Chef» qui souvent choisi sa personne pour diriger le conseil municipal.

Utopie ou la folie du pouvoir…

Le pouvoir peut considérablement changer une personnalité. Voire la transformer. Pour lutter contre le syndrome d’hubris, il faut commencer par lutter contre notre tendance à admirer le pouvoir.

«Tout pouvoir est une conspiration permanente», a dit Honoré de Balzac, en parlant de Catherine de Médicis. «Tout pouvoir sans contrôle rend fou», a écrit le philosophe Alain dans son essai «Politique». De tous temps, le pouvoir a inspiré les écrivains. Le «syndrome d’hubris» – quand le pouvoir rend fou un individu – aurait également transfiguré un grand nombre de personnalités historiques. Mais le syndrome d’hubris ne touche pas que les «grands de notre monde». Au bureau, qui n’a jamais observé, le changement de comportement d’un collègue après une promotion? Il suffit parfois de peu de choses pour que les effets du pouvoir soient néfastes…

Ainsi, c’est au regard de cela que des proches du chef de l’Etat émettent l’idée de faire de Benno, une grande formation politique afin de rester éternellement au pouvoir.
Ce rêve peut réalisable est engendré par la folie du pouvoir. «Le pouvoir rend foi».

Leave a comment