L'Actualité en Temps Réel

Bolivie : Ancien international bolivien, Augusto Andaveris revient sur Sénégal – Bolivie en 2002

Plus de deux décennies après leur premier et dernier match, le Sénégal et la Bolivie se rencontrent à nouveau ce samedi, à Orléans. Présent au Stade Léopold-Sedar Senghor le 27 mars 2002, Augusto Andaveris ce remémore de ce duel entre Lions et La Verde.

Vingt-et-un ans que le Sénégal n’a plus affronté la Bolivie. Le tout premier et dernier match opposant les deux sélections, le 27 mars 2002 au Stade Léopold-Sedar Senghor de Dakar, est resté gravé dans les mémoires, notamment celle d’Augusto Andaveris. Ancien international bolivien, l’attaquant aujourd’hui âgé de 43 ans vivait, à 22 ans, sa toute première titularisation avec La Verde ce jour-là.

Dans un entretien accordé au média bolivien Página Siete, l’actuel joueur du Club Petrolero revient sur cette rencontre. « J’ai eu l’opportunité d’être présent pour ce match que nous avons joué au Sénégal. Ce fut une belle expérience pour nous tous qui avons participé à cette rencontre. Je me souviens que nous avions fait un long voyage d’abord au Portugal puis jet privé au Sénégal », se rappelle-t-il.

« A chaque fois qu’El Hadji Diouf récupérait le ballon, il semblait que le stade allait se déchirer »

Comme en 2002, le Sénégal croise également la Bolivie pour se préparer à une Coupe du Monde. Comme le rappelle Andaveris. « Oui, ils se préparaient pour la Coupe du Monde 2002. Avant de reconnaître que « le Sénégal a toujours eu des équipes fortes et compétitives au niveau continental. Cette équipe était composée de joueurs très forts et rapides; mais malgré tout ça on a fait un super match et on a fini sur un score serré (1-2). »

Interrogé sur les stars sénégalaises à l’époque, l’homme aux 21 sélections pour 3 buts avec la Bolivie indique : « Il y avait (El Hadji Ousseynou) Diouf, qui faisait sensation dans ces années-là. A chaque fois qu’il récupérait le ballon, il semblait que le stade allait se déchirer pour la façon dont les supporters criaient avec émotion, les cris étaient assourdissants. C’est quelque chose qui m’est resté gravé dans la mémoire dans ce match. »

Ce samedi, le Sénégal sera emmené par Aliou Cissé. Le sélectionneur des Lions retrouve une équipe contre laquelle il s’est croisé en tant que footballeur. Andaveris en sait quelque chose. « Il (Aliou Cissé) était dans cette équipe. J’ai joué toute la rencontre et nous nous sommes affrontés dans plusieurs endroits sur le terrain. J’ai échangé mon maillot avec Khalilou Fadiga, et j’était content parce que c’était ma première titularisation. »

« Le Sénégal est une équipe qui continue d’évoluer »

S’il a rendu fou les joueurs sénégalais, Augusto Andaveris estime que « mes caractéristiques d’être haut sur le terrain et faire peur aux défenseurs tout le temps. Je récupérait tout, comme un bulldozer. Et dans ce match contre le Sénégal, il n’y a pas eu d’exception. Peu importe la taille ou la force des adversaires, je n’avais pas peur d’aller au combat. En plus, dans ce match, je me suis fortement heurté à Khalilou, je l’ai mis sur la touche. Et puis, à la fin, il y a eu cet échange de maillot en signe d’amitié. »

Pour le match de samedi, Augusto Andaveris ne s’attend pas à un duel moins disputé que celui d’il y a 21 ans, tout en reconnaissant la supériorité du Sénégal. « Je pense que le match de demain sera difficile pour la Bolivie mais passionnant. Ce sont des matchs dans lesquels on acquiert beaucoup d’expérience et apprend. Le Sénégal est une équipe qui continue d’évoluer, c’est pour cette raison qu’ils ont remporté la Coupe d’Afrique. C’est un bon adversaire à affronter dans notre processus de développement. »

Wiwsport avec Senegal7