Accueil Actualités Calvaire d’un taximan dû au couvre-feu: “C’est dur, surtout pour un soutien...

Calvaire d’un taximan dû au couvre-feu: “C’est dur, surtout pour un soutien de famille”

Difficile, de vivre dans ces conditions qu’exigent le couvre-feu. C’est du moins l’avis de ce “sirouman” de taxi qui n’arrive plus à travailler. Pour gagner de quoi envoyer à ses parents établis au village, Latyr Sène est obligé de bosser toutes les nuits. Ce qui devient impossible avec ces mesures prises par l’Etat pour limiter au strict minimum les déplacements.

“Moi je suis un “sirouman”, c’est mon cousin qui est le chauffeur titulaire du taxi avec le quel je travaille. Il gère toute la journée et moi je prend le relai à partir de 22heures pour travailler jusqu’au petit matin. Franchement, je m’en sortais bien mais avec le couvre-feu, je n’ai pas pu travailler. Et aujourd’hui, j’ai vraiment senti les conséquences”, dit-il.

Le jeune chauffeur de confier à nos confrères du quotidien Vocxpop qu’ “avec ce que je gagnais la nuit, j’économisais une partie qui était destinée à mes parents . Et j’utilisais l’autre partie pour assurer mes charges quotidiennes. Maintenant que je suis confronté à cette situation, je vais devoir vivre avec ce que je devais envoyer au village. Et ça, ce sera malgré moi. C’est vraiment dur, surtout pour un soutien de famille comme moi. Avec ce couvre-feu je vais devoir rester un moment sans travailler, donc sans rien envoyer au village où mes parents vont être confrontés à la faim”.

Abdou Kh MBOUP-SENEGAL7