L'Actualité en Temps Réel

Abdoulaye Fall « Mao » ancien militaire n’a aucun doute : «C’est le Mfdc qui a commis ces crimes»

0

Alors que Ziguinchor enterre ses morts et que la cellule de communication du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc) soutient qu’ils n’ont rien à voir avec l’attaque du samedi 06 janvier dans la forêt de Boffa, un ancien militaire jure que le mouvement séparatiste du sud est bien à l’origine de la tuerie. Abdoulaye Fall « Mao » est un militaire à la retraite qui connaît bien le conflit casamançais. Interrogé par le journal « L’Enquête » sur les tragiques événements de samedi, il n’a eu aucun doute sur le fait que soit le Mfdc qui a tué les 13 jeunes sénégalais dans la forêt de Boffa Bayotte.

«Je vous dis très sincèrement que c’est le Mfdc qui a commis ces crimes. Ce sont les rebelles qui les ont faits. Un point, un trait. Quand on écoute leur porte-parole, qui n’a même pas 30 ans, on comprend tout. Je prends toutes mes responsabilités en disant que ce sont les rebelles qui ont commis cette tuerie. Aujourd’hui, au sein du Mfdc, chacun fait ce qu’il veut. Personne ne commande personne», a-t-il confié à nos confrères.

Abdoulaye Fall « Mao » ne s’est pas arrêté à accuser le Mfdc, il a proposé à l’Etat une solution de sortie de crise définitive. D’après lui, l’autorité doit entamer des « négociations sérieuses » avec le la rébellion et arrêter de dialoguer seulement avec Salif Sadio.

« Dans la crise en Casamance, L’Etat a tout simplement noué des dialogues et des concertations avec le Mfdc et non des négociations concrètes. La preuve, il dialogue avec Salif Sadio. Il faut que l’Etat se rende compte qu’il n’est responsable et ne représente plus rien dans le maquis. Il me semble que l’Etat tâtonne dans l’obscurité. L’heure a sonné pour qu’il propose quelque chose de consistant au Mfdc et de cesser tout dialogue avec Salif Sadio », conseille l’ancien militaire qui suggère à Macky Sall de dissoudre le Groupe de recherche pour la paix en Casamance (Grpc) piloté par l’ancien maire Robert Sagna.

Avec Pressafrik

laissez un commentaire