Accueil Actualités Ces milliardaires qui nous gouvernent : « Ils ne sont pas héritiers....

Ces milliardaires qui nous gouvernent : « Ils ne sont pas héritiers. Ils ne sont pas, non plus, des magnats de l’industrie ou de l’immobilier

« Ils ne sont pas héritiers. Ils ne sont pas, non plus, des magnats de l’industrie ou de l’immobilier (…). Pourtant, même ‘nés pauvres’, ils sont ‘devenus riches’ (la formule, précise le journal, est de l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, dans les années 2000 à Ziguinchor, lors d’un séminaire gouvernemental). Eux, ce sont les hommes politiques sénégalais. »

Et justement, le même Idrissa Seck, qui a été nommé récemment à la tête du Conseil économique, social et environnemental, a dû effectuer une déclaration de patrimoine… qui a donc fuité dans la presse. Et « son patrimoine s’évaluerait en milliards de FCFA », affirme WalfQuotidien. Essentiellement des terrains et des biens immobiliers.

« Avant Idrissa Seck, le président de la République, Macky Sall, au lendemain de son installation, en 2012, avait déposé au greffe du Conseil constitutionnel une déclaration de patrimoine qui avait fait couler beaucoup d’encre et de salive, rappelle le quotidien sénégalais, parce que s’évaluant, à dire d’expert, à quelque 8 milliards » : demeure personnelle, villas, appartement aux États-Unis.

Largesses et… racket ?

Alors d’où vient tout cet argent ? Réponse de WalfQuotidien : « si Macky Sall pointait la ‘générosité’ de son ancien mentor, Abdoulaye Wade, comme source de cette richesse, Idrissa Seck avait, lui, reconnu avoir bénéficié de fonds politiques. S’y ajoute qu’en 2000, l’alors tout puissant ministre d’État, directeur de cabinet du président Wade avait fait payer – d’autres diraient racketter – la Sonatel pour l’utilisation d’un nom de domaine lié à l’entreprise leader et opérateur historique de télécom. »

Bref, relève le journal, « l’un dans l’autre, se pose la problématique jamais résolue du rapport que les gouvernants, actuels comme passés, entretiennent avec le bien public. Souvent issus de la fonction publique, donc fonctionnaires n’ayant pas vocation à être riches comme Crésus, ceux qui nous dirigent se retrouvent subitement avec des fortunes qui s’évaluent en milliards. »

Alors, conclut WalfQuotidien, « l’histoire racontera avec quels leviers de commande les gestionnaires actuels ont pu ouvrir et se servir dans la caverne d’Ali Baba issue de la seconde alternance. Ce que l’on sait, d’ores et déjà, c’est que beaucoup d’entre eux ont rechigné à dévoiler leur subite richesse, et ce en violation de la loi. »

D’où vient la fuite ?

« La transparence chahutée », titre pour sa part le quotidien Enquête. Il s’agit du même sujet. Le journal s’interroge sur l’origine des fuites concernant le patrimoine d’Idrissa Seck : « d’où provient la fuite ? Est-ce du camp d’Idrissa Seck qui a voulu jouer la carte de la transparence jusqu’au bout ? Est-ce de l’Ofnac, l’Office National de lutte contre la Fraude et Corruption, ou de ses membres qui ont laissé fuiter l’information ? Dans le premier cas, ce serait tout à fait légal. Par contre, si c’est l’inverse, ce serait une faute lourde, passible de sanctions. »

En effet, précise Enquête, les déclarations de patrimoines des personnalités politiques sont confidentielles mais « sur ce point, ils sont nombreux, les observateurs, à demander la levée du verrou, au nom du droit à l’information et de la transparence. »

Le patrimoine du chef de l’État censé être public…

Pour ce qui concerne le président de la République, c’est autre chose, pointe encore Enquête. En effet, selon la constitution, « ‘le président de la République nouvellement élu fait une déclaration écrite de patrimoine déposée au Conseil constitutionnel qui la rend publique’. Interprété par certains comme une avancée non-négligeable en matière de transparence dans la gouvernance des affaires publiques, ce texte est jugé ‘très laconique’ par plusieurs autres observateurs avertis »,relate dakarmatin.

Et c’est vrai, pointe Enquête, « le hic, c’est que depuis sa réélection, le patrimoine du président de la République, Macky Sall, n’a nullement été rendu à la connaissance du public. À ce jour, la seule déclaration qui a été rendue publique, c’est celle en date de 2012, qui avait suscité un tollé, à l’instar de la déclaration d’Idrissa Seck. »

RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici