Accueil Actualités « Ces nervis sont passibles de la justice », commissaire Boubacar SADIO

« Ces nervis sont passibles de la justice », commissaire Boubacar SADIO

« Il n’y a pas de nervis dans la police. Mais hier, il y avait des nervis aux cotés de la police. Il y avait une sorte de collaboration entre des éléments de la police et ces nervis. Ce qui est inacceptable », ces propos sont ceux du commissaire à la retraite Boubacar SADIO, sur l’observateur.

Sur les colonnes dudit journal, il signale que la présence de ces gros bras a toujours suscité un débat dans les rangs.  « L’histoire des nervis a fait l’objet de beaucoup de discussions au sein de la police et dans le pays.  Nous avons toujours demandé que ces gens soient identifiés parce que nous avons toujours demandé que ces gens soient identifiés. Nous avons fustigé leurs comportements par rapport à ce qui doit se faire », note M. SADIO.

Ces nervis sont passibles de la justice informe le commissaire en retraite. « S’il y a plainte, ces nervis sont passibles de la justice parce que seul l’Etat a le monopole de la violence légitime ».

 

Fanta DIALLO BA-Senegal7