Accueil Actualités Chef de l’opposition : Comment Macky a réussi à « balafrer » le visage de...

Chef de l’opposition : Comment Macky a réussi à « balafrer » le visage de son opposition !

Macky

Quiproquo au sein de l’opposition Sénégalaise ! Le débat sur le choix et statut du chef de l’opposition qui est en train d’être discuté au sein du dialogue politique a divisé davantage les oppositions de l’actuel chef de l’Etat, Macky Sall.

Des observateurs de la scène politique Sénégalaise, ont vite fait par cette donne que cela a toujours était la logique du Président Sall. Qui n’a autre stratégie politique que de réduire l’opposition à «sa plus simple expression».  

Une volonté politique affichée

A l’occasion d’un meeting de l’Apr, le président, Macky Sall avait lancé une pique à ses opposants : «nous allons réduire l’opposition à sa plus simple expression», pour répondre aux critiques concernant sa gestion du pays.

C’est dans ce sens que sa stratégie politique consistant à mettre en place le statut du chef de l’opposition est son pesant d’or. Car, le choix du chef de l’opposition sénégalaise est son statut est parti pour semer le désordre chez ses opposants. 

Si des membres des assises politiques ont fini de porter leur choix sur Idrissa Seck, parce qu’arrivé 2e à la dernière présidentielle, pour Ousmane Sonko et ses partisans, c’est Abdoulaye Wade qui est le chef de l’opposition sénégalaise. Pour le leader de Pastef, le Pape du Sopi devrait être le chef de l’opposition puisque les Libéraux sont sortis second derrière Benno aux législatives de 2017.

D’autres lui ont répondu que durant la dernière présidentielle, en 2019, c’est Idrissa Seck qui est sorti second derrière Macky Sall. Donc, de facto il devient le patron de l’opposition.

En effet, en mettant cette disposition pas des moindres sur la table du dialogue politique, Macky Sall sait que c’est par le truchement de cette proposition que son opposition va davantage se diviser. Car, entre le Pds, de Wade, le parti Rewmi d’Idrissa Seck et le Pastef d’Ousmane Sonko, le départage sera rude et aucun camp ne va céder.

Et déjà, cette question a fini de mettre les partisans d’Idrissa Seck et de Sonko dos à dos d’une part et d’Idrissa Seck et de Wade d’autre part.

Car, le Parti démocratique Sénégalais (Pds) ne veut pas entendre que le titre de chef de l’opposition revienne à quelqu’un d’autre au vu de sa percée aux dernières élections législatives.

Et comme le nom de l’ancien maire de Thiès est cité par une bonne partie des membres du dialogue politique, le fossé va davantage se creuser entre Wade et son ancien élève, Idrissa Seck.

En tout cas, c’est l’actuel chef de l’Etat qui va ainsi tirer son épingle du jeu politique, pour prétendre faire de l’Apr, un parti toujours gagnant, notamment aux prochaines joutes électorales.

Le Pastef n’accorde aucun intérêt, mais précise…

et si l’intention prêtée par de larges franges du corps social au parti pastef/les patriotes de vouloir faire désigner le parti démocratique sénégalais (pds) et Me abdoulaye Wade comme chef de l’opposition, contre une majorité de l’opposition qui aurait porté son choix sur idrissa seck arrivé deuxième lors de la dernière présidentielle, n’était qu’une simple vue de l’esprit ?

En tout cas, cette intention est formellement niée par les partisans du président ousmane sonko. «loin des préoccupations du peuple, cette mesure n’a aucune importance pour les sénégalais et ne doit pas être une priorité pour la classe politique. un chef de l’opposition décrété n’est chef que de lui-même, son parti et, peut-être, sa coalition» déclare pastef dans un communiqué parcouru par le témoin qui s’en fait l’écho dans sa parution de ce mardi.

«Cependant, puisqu’elle est inscrite dans l’ordre du jour de la commission et dans la constitution depuis le référendum de 2016 sans qu’aucune loi n’ait été adoptée depuis pour son application effective, nous suggérons, comme il est de coutume dans la majorité des démocraties où elle est appliquée, que la désignation du chef de l’opposition se fasse à partir de l’échelon législatif. cette option se justifie par le fait que le chef de file de l’opposition, dans les systèmes politiques où il est consacré, porte la voix de l’opposition sur des questions d’intérêt national.

Ainsi, nous estimons que la représentativité de l’assemblée nationale reflète le mieux les dynamiques en cours dans notre pays et constitue le lieu par excellence des débats, compromis, accords et désaccords entre gouvernement et opposition, notamment au moment du vote des lois» ajoute le document.

Pape Alassane Mboup-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici