Accueil Actualités Cheikh Bamba Dièye sur l’affaire Sonko : « Mame Abdou Aziz...

Cheikh Bamba Dièye sur l’affaire Sonko : « Mame Abdou Aziz me sert de référence »

Le député Cheikh Bamba Dièye s’est prononcé sur l’affaire Ousmane Sonko accusé de viols et de menaces de mort par la masseuse Adji Sarr. Dans son prononcé, il a indiqué que le pouvoir de Macky Sall impose la force au nom de la République en exerçant des manœuvres d’intimidation  sur le leader de Pastef et ses partisans.

Sur le plateau de nos confrères de seneweb, le député Cheikh Bamba Dièye a fait un tour d’horizon sur l’affaire Ousmane Sonko accusé de viols et de menaces de mort par la masseuse Adji Sarr. En effet, il dit ne pas écarter des manœuvres d’intimidation car explique-t-il, ce qui se passe à l’assemblée est ahurissant.

La rapidité avec laquelle l’Etat se comporte c’est pour lever l’immunité parlementaire d’Ousmane Sonko et le mettre au gnouf. Pour ce faire, c’est l’intimidation, la peur et de fortes pressions qui sont exercées sur ses partisans.

Ainsi, il explique que Mame Abdou lui sert de référence quand il dit que celui qui cherche à annihiler sur ce dont vous êtes tous égaux, la fermeté avec laquelle il le fait devrait vous motiver à lui rendre la pareille.

« Un Etat doit travailler pour les populations et dans ce pays, seuls les pro-Macky sont considérés mais ceux qui ne sont pas avec lui sont soumis à un régime très sévère. Est-ce cela un Etat de Droit », se demande le député du Fsb/Jant-Bi ?

Ce dernier ajoute que ce qui se passe sous nos cieux, ce sont les prémisses de la déstabilisation de notre pays. Que le principe de la contradiction ancrée dans la démocratie sénégalaise a volé en éclats. Et pour fonder ses doutes, il explique que les affaires Khalifa Sall  et Karim Wade sont passées par là et ont suffisamment édifié  nos compatriotes.

Procéder à des arrestations des pro-Sonko et leur coller des motifs et réduire tous les sénégalais au silence est la méthode utilisée par le pouvoir de Macky Sall. Dans cette affaire, explique-t-il, il s’agit de parler des causes et non des effets car la violence tributaire de cette affaire émanerait de celui qui l’a décrété et non le contraire.

Assane SEYE-Senegal7