Accueil Actualités Cissé Lô viré de son poste à l’Assemblée : Le prix de...

Cissé Lô viré de son poste à l’Assemblée : Le prix de l’insubordination !

De facto, il devient simple député. Moustapha Cissé Lô, responsable politique de l’Apr, (parti au pouvoir) a été évincé de son poste de vice Président à l’Assemblée nationale. C’est le prix de son insubordination. Car, son mentor de Président de la république l’a voulu ainsi.

L’agitateur en chef de la majorité, est devenu depuis un certain temps, un sniper en rupture de ban. Parce que sa cible est devenue des proches du pouvoir. Même, le chef de l’Etat n’est plus épargné par ses diatribes.
L’homme à abattre au sein de l’Apr.

Passé par le Parti socialiste puis par le Parti démocratique sénégalais (Pds), Moustapha Cissé Lô, est ensuite devenu un allié indéfectible du président Macky Sall qu’il a défendu jusqu’à perdre son mandat de député sous le régime de Wade.

S’il ne s’est jamais distingué par sa discrétion, Cissé Lô est accusé par l’Apr, d’avoir dépassé les bornes. Début juillet, des conversations audio dans lesquelles il accuse l’entourage du chef de l’État de détournements de deniers publics ont fait le tour du web.

EL pistolero tire à bout portant sur les proches du pouvoir qui profiteraient de manière abusive de la distribution de semences, critique l’attribution de certains contrats publics, évoque même la question du narco-trafic, parle d’une « Guinée-Bissau drogue Connection ».

Dans son viseur, le directeur général du quotidien national Le Soleil, Yakham Mbaye, le député Farba Ngom ou encore l’entourage du parlementaire Aymérou Gningue. Ces accusations lui vaudront une plainte et une convocation par les enquêteurs de la Brigade de recherches.

Sur le plan politique, il est exclu de l’Alliance pour la République (APR, le parti présidentiel) et du groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar (BBY).Le 6 juillet dernier, la commission de discipline de l’APR prononçait son exclusion de manière unanime lors d’une réunion convoquée en extrême urgence par Macky Sall en tant que président de la formation politique.

«Insanités, injures et diffamations». Des «insanités, injures publiques, fausses nouvelles et de diffamations » proférées par le député, «entachent gravement l’image du parti» selon la commission de discipline de l’Apr. Fustigeant des propos « empreints d’une indécence que récusent la morale et la bienséance sociale », la commission avait conclu sa décision par une menace envers « tout camarade » qui s’aviserait d’adopter un comportement similaire.

Le bureau de l’Assemblée nationale – dominée par la coalition présidentielle – s’est empressé à son tour de condamner le comportement et les propos du premier vice-président de l’institution parlementaire.«Trop c’est trop».En juillet dernier, le chef de l’Etat Macky Sall avait tapé sur la table laissé entendre que «trop c’est trop », suite à l’insubordination de Moustapha Cissé Lô:

Ainsi, le président de l’APR a activé la commission de discipline de son parti après les insultes de Moustapha Cissé Lo à l’endroit de Farba Ngom et de Yakham Mbaye, dans une bande sonore largement relayée par les réseaux sociaux.
La commission de discipline, après avoir délibéré, à l’unanimité prononce l’exclusion définitive de Moustapha Cissé Lo des rangs de l’Alliance pour la République.

Elle dit avoir constaté «l’attitude du camarade Moustapha Cissé Lo dont les propos empreints d’une indécence que récusent la morale et la bienséance sociale, ont fini de heurter la conscience des populations».

Attention au revers de la médaille. Cissé Lô qui semble devenir un électron libre, a désormais les coudées franches pour faire beaucoup plus mal au sein de l’Apr. Ce, par ses sorties jugées inopportunes et fracassantes.
Pape Alassane Mboup-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici