L'Actualité en Temps Réel

«Coalition pour l’alternative» : Sonko, «bête féroce» dans «la gueule du loup»

0

«Se jeter dans la gueule du loup» est synonyme de s’exposer imprudemment à un danger. C’est à cela que certains observateurs de la scène politique sénégalaise assimilent l’offensive de Sonko contre le Président Sall, et de son régime. Ousmane Sonko dépeint comme un chantre de l’antisystème, s’attaque à tout ce qui touche le régime. Mais pas aveuglément. Ses sorties au vitriol contre le Président Macky Sall répondent à une tactique de guerre contre un régime qui réplique du tic au tac. Ainsi, il devient de facto d’ici la prochaine présidentielle, la «bête» féroce à combattre par l’ennemi qui le considère comme extrêmement dangereuse.

Une alternative à l’alternance…

Le président de Pastef, Ousmane Sonko, élargit ses tentacules. La coalition Jotna/patriotes pour l’alternative a été portée sur les fonts baptismaux afin de contribuer à la consolidation et l’élargissement des acquis de la «Coalition Sonko Président».

Laquelle a permis de consacrer l’affirmation d’une nouvelle force politique au Sénégal lors de la dernière présidentielle. Ainsi, la coalition «Jotna» ambitionne d’œuvrer à un large rassemblement de partis politiques, mouvements citoyens, associations et personnalités patriotiques, pour le triomphe d’une alternative de rupture d’avec le système de domination néocoloniale, de prédation et d‘exploitation en vigueur dans notre pays. En s’inspirant des conclusions des Assises nationales et des recommandations de la CNRI actualisées, «Jotna» entend donner corps au projet commun de transformation sociale, fondé sur la souveraineté nationale.

Invité à l’Assemblée générale constitutive de la coalition, Ousmane Sonko a rappelé aux membres de la structure leur rôle et leur place, au regard des enjeux et défis. La coalition «Jotna» reste ouverte à l’ensemble des forces patriotiques et démocratiques.

Sonko comme Dia en 62 et Idy en 2005 ?

La politique est réputée être une mare aux crocodiles, un milieu où la fin justifie toujours les moyens. La force de l’argument laisse souvent place aux déballages et accusations de toutes sortes pourvu qu’ils atteignent le vis-à-vis.

Ainsi les politiciens se livrent-ils un combat sans merci avec parfois des moyens non conventionnels et disproportionnés.

Le chemin de croix que Sonko semble arpenter sans trébucher est le même que d’autres challengers ont empruntés mais avec des fortunes diverses. Il faut remonter à décembre 1962 avec l’accusation de coup d’état faite à Mamadou Dia pour pouvoir dresser une chronologie sur les mises en scène des tenants du pouvoir contre ceux qui osent commettre le crime de s’approcher de leur fauteuil. Il est aujourd’hui clairement établi que ledit coup d’état n’existait que dans l’imagination des autorités d’alors qui supportaient mal la rivalité de voir Mamadou Dia. Ce coup bas fomenté pour éliminer un adversaire n’était en effet que le début d’une série qui allait déterminer l’histoire politique de notre pays. Senghor réussira ainsi à faire une pierre deux coups : mettre Dia hors-jeu (de 1963 à 1974) et garder le pouvoir pendant 20 ans. Ce qui ne sera pas permis à Macky Sall, tenté qu’un troisième mandat est agité.

Plus recent encore, on se rappelle l’affaire des chantiers de Thiés que Wade a brandi pour emprisonner un adversaire jugé dangereux. C’est pour cette raison dit-on que «le président Wade fit emprisonner son ancien ministre Idrissa Seck en 2005 sur la base d’un « mensonge d’Etat ». Les accusations d’«atteintes à la sûreté de l’Etat » étaient tirées des cheveux et finirent par s’écrouler comme un château de cartes. Selon Ababacar Gaye dans une de ses publications, «le président Wade lui-même, conscient d’avoir réussi à anéantir son principal rival, finit tout bonnement par reconnaître l’innocence de celui qu’il accusait. En 2009 pourtant, le leader de Rewmi sera blanchi par la justice qui lui accorda un non-lieu total».

Même si nous sommes loin de ce scénario, à savoir que rien n’est exclu en politique. Ousmane Sonko qui hante tous les jours le sommeil du chef de l’Etat et les membres de son Gouvernement est dans l’œil du cyclone. Pour faire échec de son ambitieux programme politique.
Senegal7

laissez un commentaire