Accueil Actualités Communication du président sénégalais: Macky Sall ou la réthorique autoritaire !

Communication du président sénégalais: Macky Sall ou la réthorique autoritaire !

Cela ne surprend plus ! Le président de la République Macky Sall a habitué « son » peuple à ses communications souvent choquantes et outrageuses. Après ses sorties à Keur Massar lors des inondations et sa communication sur les vaccins menaçant de les « donner à d’autres pays africains si on ne les utilisait pas », Macky Sall casse encore la baraque alors qu’il évoquait l’autoroute à péage lors de sa rencontre avec les centrales syndicales, à l’occasion du 1er mai.

Recevant les Centrales syndicales à l’occasion de la célébration du 1er mai, le Chef de l’Etat Macky Sall a encore étonné son monde et opté pour un écart de langage. »Quelqu’un a parlé du péage… à coté il y’a la route de Rufisque (route nationale), on veille toujours à ce qu’il y ait une route pour ceux qui ne veulent pas prendre l’autoroute à péage (…) Si tu roules en toute sécurité, sans trou, il y a un prix, c’est comme ça », a bombardé Macky Sall, s’adressant à Mademba Sock qui a soulevé la question de la cherté du péage. Décidément le président Macky Sall a un vrai problème avec la communication ou son cabinet de communication.

Sa cinglante réponse  a en effet suscité l’indignation dans les rangs de l’opposition et de la société civile et choqué l’opinion. L’activiste Guy Marius Sagna n’a pas tardé d’établir le lien avec la gestion opaque de « l’argent du Sénégal ». « Après avoir volé l’argent du Sénégal et laissé l’impérialisme piller nos ressources, c’est normal que les routes du peuple sénégalais – quand ce peuple en a – soient trouées et sans sécurité. De manière décomplexée, le président Macky Sall vient une énième fois de nous avouer qu’au Sénégal il y a des routes à deux vitesses. Une pour les pauvres sénégalais et une autre pour les riches et les voleurs du peuple Sénégalais. De même qu’il y a deux écoles, deux universités, deux hôpitaux, deux justices… » a déploré la figure du Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine (FRAPP).

L’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye pense que le chef de l’Etat n’a pas encore compris que le péage en autoroute n’est pas le choix de la qualité mais rémunère un investissement privé qui propose un gain de temps. Selon lui, l’Etat normal continue de devoir  des routes bien construites et bien entretenues aux usagers. Hélas ! regrette Abdoul Mbaye, les routes avec des trous mettent en cause la sécurité routière, provoquant parfois des morts. C’est l’option que Macky Sall réserve à ceux qui ne peuvent payer le péage.

Le président ne peut pas arrêter le ciel

Le 17 septembre 2020, le président Macky Sall s’est déplacé à Keur Massar pour constater de visu l’ampleur de ces dégâts causés par les inondations. Devant les populations ainsi que les autorités administratives et locales, le chef de l’Etat reconnait que « les pluies ont été fortes ». Cependant il ajoute que « le président ne peut pas arrêter le ciel » et qu’ « il faut aussi que les gens soient raisonnables ».

Lors du lancement de la campagne de vaccination contre la Covid-19 également, Macky Sall s’est encore illustré avec sa forme de communication qui ne l’honore pas et n’honore pas non plus la République et le peuple sénégalais. S’adressant alors aux indécis, Macky Sall menaçait de donner les vaccins aux pays voisins, si les populations sénégalaises répugnaient à se laisser piquer. Non seulement le Chef de l’Etat en fait trop mais aussi il considère qu’il a une cour royale et qu’il lui est permis de dire ce qu’il veut. S’agissant d’un langage diplomatique qu’il doit adopter, il n’en à cure.

On a tout comme l’impression que le Chef de l’Etat et son service de Com ne savent plus comment communiquer encore moins comment parler à nos compatriotes. Ceux-là qui les ont permis de se hisser au pinacle. La rhétorique autoritaire est le vrai signe des dictateurs qui en oublient qu’ils ont été élus par des sénégalais. Malheureusement pour eux !

A.K.C – Senegal7