Concentrant tous les pouvoirs : Macky dans toute sa puissance !

1

Le Chef de l’Etat Macky Sall devient « hercule » puisqu’il ne cesse de renforcer ses pouvoirs qui lui confèrent aujourd’hui la possibilité de gouverner par ordonnance sans passer par la représentation nationale. L’enjeu est de taille et le prétexte indéboulonnable mais les sénégalais craignent d’être victime de sa toute-puissance alors qu’il  est à son  second et dernier mandat à la tête du pays.

Alors que le poste de Premier Ministre coordonnait l’action gouvernementale, cent vingt-quatre députés (124) sur les cent soixante-cinq (165) que compte l’Assemblée nationale du Sénégal ont voté  le 4  mai 2019 le  projet de loi portant révision de la Constitution, qui supprime entre autres modifications le poste de Premier ministre.

Ainsi, en tant que Première Institution, me Président Sall a concentré les pouvoirs du PM entre ses mains. Comme si cela ne suffisait pas  le 1er avril dernier, l’Assemblée nationale a voté à l’unanimité la loi d’habilitation qui permettait au président Macky Sall de légiférer par ordonnances, dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Dix mois après, le Chef de l’Etat renforce encore son pouvoir en déposant sur la table de l’Assemblée Nationale, un projet de  loi 69-29 du 29 avril 1969 relative à l’état d’Urgence et à l’état de Siège. Ce qui lui permettra une seconde fois d’avoir les coudées franches sans passer par la représentation nationale ?

Cette hypertrophie du Chef de l’Etat suscite bien des craintes de la part des sénégalais qui croient pour la plupart que le 3e mandat qui suscite tant de polémique au sein du landerneau politique national  en vienne à trouver une issue qui soit aux antipodes de notre charte fondamentale.

Les mouvements citoyens, les organisations des Droits de l’homme et l’opposition dénoncent cette super puissance du Chef de l’Etat alors qu’en temps réel il a tous les pouvoirs pour gouverner à sa guise.

Show Comments (1)