Contenu local dans le secteur pétro-gazier: Les entreprises locales sur la touche ?

Le Sénégal a entamé avec la loi n° 2019-04 du 01er février 2019, la mise en place d’un dispositif législatif, réglementaire et institutionnel relatif au contenu local dans le secteur des hydrocarbures. Cette loi a consacré la notion de contenu local, défini comme l’ensemble des initiatives prises en vue de promouvoir, l’utilisation des biens et services nationaux, le développement de la participation de la main d’œuvre, de la technologie et du capital, nationaux dans toute la chaine de valeur de l’industrie pétrolière et gazière. Cependant beaucoup d’entreprises risquent de voir des marchés les échapper.

Certaines entreprises locales risquent de n’être pas à la hauteur pour répondre aux exigences du contenu local. Au regard de la complexité de manager un plan qualité, hygiène, sécurité et environnement (Qhse) « robuste » mais aussi du coût élevé des certifications et de la maitrise de l’anglais qui est la langue de travail dans l’Offshore, très peu de Pme/Pmi locales ont la possibilité d’obtenir des parts de marché acceptables, selon Assane Drabo, responsable Qhse de Carena, l’une des rares Pme/Pmi jugées éligibles.

De ce fait, les concessionnaires, dans leur stratégie, font appel à la sous-traitance internationale, ce qui est « dommageable pour l’économie du pays ». C’est d’ailleurs le cas actuellement au niveau du projet Grand Tortue Ahmeyim (GTA) où on trouve une masse importante de cadres d’origine étrangère (africaine). L’absence d’une main-d’oeuvre qualifiée est ainsi un lourd handicap.

M. Assane Drabo préconise, pour l’effectivité du contenu local, de faire en sorte que les entreprises locales bénéficient de mécanismes de collaboration avec des pays de tradition O&G (comme le Ghana), pour une meilleure prise en charge de la formation continue du personnel technique.

A.K.C – Senegal7