Accueil Actualités Coronavirus – Non respect des gestes barrières : le relâchement de tous...

Coronavirus – Non respect des gestes barrières : le relâchement de tous les dangers !

Le Coronavirus progresse de plus en plus dans le monde. Au Sénégal, il fait son bonhomme de chemin avec son lot de dizaines de nouveaux cas positifs au quotidien. A ce jour, le pays de la téranga compte 3253 cas positifs à la Covid-19. Malgré cela, il est malheureusement constaté un relâchement de nos compatriotes  dans le respect des mesures barrières qui pourrait entraîner une situation chaotique, si l’on n’y prend pas garde.

L’irruption du virus au Sénégal le 02 mars 2020 avait poussé les autorités publiques, quelques jours plus tard, à prendre des mesures drastiques pouvant permettre d’abord d’arrêter les cas importés en fermant les frontières, et ensuite, de contenir le virus avec l’instauration de l’état d’urgence assorti d’un couvre-feu de 20h à 6h du matin. Ce qui avait permis aux autorités sanitaires d’avoir le contrôle de la situation malgré les dizaines de cas enregistrés tous les jours. S’y ajoute le respect des gestes barrières par les populations. Port généralisé du masque barrière, respect de la distance physique, auto-confinement, rassemblement banni… Tous les efforts étaient déployés pour arrêter la propagation de la Covid-19.

Ces mesures de restriction – fermeture des lieux de culte, diminution des heures de travail dans les marchés, interdiction du transport interurbain, limitation des passagers du transport urbain à Dakar, couvre-feu… – avaient affaibli le secteur informel. Plongeant plusieurs ménages dans le désarroi et au bord de la famine et accentué leur pauvreté, suscitant une pression sociale qui imposait de nouvelles mesures afin d’alléger la souffrance des populations qui ne pouvaient plus mener leurs activités normalement à cause de la pandémie.

Pour apaiser la tension sociale et renforcer l’unité autour de la lutte contre le Coronavirus, le Chef de l’Etat Macky Sall annonce le 11 mai, un ensemble de mesures d’assouplissement. Il s’agit de la réouverture des lieux de culte, la réouverture des marchés six (6) jours sur sept (7), la reprise des enseignements pour les classes d’examen le 02 juin prochain, levée partielle des restrictions dans les transports…

Vraisemblablement, ces mesures d’assouplissement prises par le Président de la République ont entraîné un certain relâchement par rapport au respect des gestes barrières qui aidaient jusque-là à ralentir la propagation du virus. « Les cars font maintenant le plein. La distanciation physique n’est plus respectée. Le lavage des mains n’est plus aussi systématique qu’au début de la pandémie. C’est normal qu’on ait une augmentation du nombre de cas », constate l’épidémiologiste et spécialiste de Santé Publique, Dr Masserigne Ndiaye.

Selon l’ancien-médecin chef des régions médicales de Fatick, Kaolack, Louga et Diourbel, en lieu et place d’assouplissement des mesures, il faut un confinement d’un mois pour en terminer avec le virus. «Du point de vue médical, le mieux pour nous serait de confiner les gens, qu’il y ait une distanciation physique et que les mesures barrières soient-là. Si tout le monde pouvait être confiné pendant 1 mois, la maladie pourrait disparaître. Mais ce confinement implique beaucoup de choses. Cela a des conséquences sociales, économiques, religieuses, culturelles, etc.», explique-t-il.

Depuis la sortie le 11 mai dernier du Chef de l’Etat annonçant des assouplissements sur les mesures précédemment prises, le constat aujourd’hui est alarmant. La majeur partie des gens se sont relâchés, beaucoup sont ceux qui ne se protègent plus. C’est à croire qu’à ce rythme de négligence, le pays risque d’aller droit dans l’hécatombe !

Abdoul K. Coulibaly – Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici