Accueil Actualités Côte d’Ivoire : Un scrutin présidentiel sur fond de boycott actif de...

Côte d’Ivoire : Un scrutin présidentiel sur fond de boycott actif de l’opposition

Les Ivoirines sont appelés aux urnes ce samedi 31 octobre 2020.Face à Alassane Ouattara, candidat à un troisième mandat, Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’Guessan ont appelé au « boycott actif », tandis que Kouadio Konan Bertin a décidé de ne pas quitter le processus électoral. Mais dans certaines zones du pays,la campagne de désobéissance civile enclenchée par l’opposition porte ses fruits. Du coup,la question est de se demander si les 7,5 millions d’Ivoiriens pourront voter en toute sécurité eu égard au dispositif d’empêchement du voté déroulé par l’opposition.

Le scrutin présidentiel de ce samedi en Côte d’Ivoire met en lice quatre candidats. Il s’agit du président sortant, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié, Pascal Affi N’Guessan et Kouadio Konan Bertin..Ces deniers sont les quatre candidats retenus par le Conseil constitutionnel.

Les dossiers de Laurent Gbagbo, Guillaume Soro,Marcel Amon Tanoh ou Albert Mabri Toikeusse ont été écartés. Pour ce faire et  pour rendre la pareille au président Ouattara en quête d’un troisième mandat, l’opposition incarnée par Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’Guessan a prestement lancé une campagne de Boycott actif du vote et a demandé à ses militants « d’empêcher la tenue de toute opération liée au scrutin ».

En effet 7,5 millions : c’est le nombre d’électeurs appelés aux urnes. Mais, selon la Commission électorale indépendante (CEI), au terme de la période officielle de distribution des cartes d’électeurs, à peine plus de 41 % d’entre elles avaient été retirées (les électeurs peuvent encore le faire aujourd’hui jour du scrutin, dans leurs bureaux de vote respectifs).

Pour rappel, des violences meurtrières ont émaillé la campagne électorale où les affrontements tributaires des tensions intercommunautaires ont fait plus d’une trentaine de morts depuis le mois d’août.

Abstention par crainte des représailles .Beaucoup d’Ivoiriens refusent également de mettre un pied dehors ce jour du scrutin, par peur des affrontements et des représailles, d’être blessé ou d’être tué, comme ce fut le cas pour nombre d’entre eux en 2010. Le traumatisme causée par la présidentielle de 2010 et son cortège de morts et de blessés reste encore vivace dans les esprits.

C’est la raison pour laquelle, ce samedi apparait comme une  période de risques de violences et d’affrontements . Certains Ivoiriens avouent ne plus croire aux vertus de l’engagement politique. Leur voix sera celle de l’abstention. Toutefois, nonobstant certains zones du pays où l’opposition a verrouillé ses bastions, le scrutin présidentiel se déroule sous de bons auspices depuis ce matin.

Assane SEYE-Senegal7

 

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici