Covid-19: 400 000 doses de vaccins expirent au Sénégal

0

Les gouvernements africains demandent davantage de vaccins contre le COVID-19 pour aider à rattraper les régions plus riches, où les déploiements de vaccins se succèdent depuis plus d’un an.

Pourtant, alors que le rythme de l’offre s’est accéléré ces dernières semaines, certains pays ont eu du mal à suivre le rythme. Des problèmes de logistique , la courte durée de conservation des vaccins provenant de donneurs et l’hésitation à vacciner ont tous empêché les doses d’atteindre les bras.

Et selon reuter, au moins 200 000 vaccins contre le COVID-19 sont arrivés à expiration au Sénégal sans avoir été utilisés au cours des deux derniers mois, et 200 000 autres devraient expirer fin décembre car la demande est trop lente.

« Le principal problème est l’hésitation à vacciner », a déclaré Ousseynou Badiane, responsable du déploiement des vaccins au Sénégal. «Le nombre de cas diminue. Ils demandent pourquoi est-il important de se faire vacciner si la maladie n’est pas là maintenant.»

Le Sénégal a administré jusqu’à présent près de 2 millions de doses de vaccins, selon les données de Reuters, suffisamment pour vacciner complètement seulement environ 5,9% de la population.

Il vaccine actuellement entre 1 000 et 2 000 personnes par jour, a déclaré Badiane à Reuters, contre 15 000 au cours de l’été. A ce rythme, il ne peut pas utiliser tous les vaccins dont il dispose.

« Nous ne sommes pas optimistes » quant à l’utilisation des 200 000 autres doses avant leur expiration à la fin du mois, a-t-il déclaré. « Nous ne nous attendons pas à une augmentation de la demande avant cette date. »

Une partie du problème est la courte durée de conservation des vaccins qui arrivent de donateurs qui incluent les États-Unis et la Chine. Le Sénégal refuse de prendre des vaccins dont la durée de conservation est inférieure à trois mois, mais même cela crée des difficultés.

Badiane espère que le gouvernement pourra introduire une sorte de restriction sur les non vaccinés pour augmenter les taux de vaccination, y compris l’utilisation d’un laissez-passer sanitaire comme l’ont fait de nombreux autres pays.

« Sans restriction, la population ne se fera pas vacciner », a-t-il déclaré.

 

Fanta DIALLO BA-senegal7

Leave a comment