L'Actualité en Temps Réel

Covid-19 : Une opportunité africaine ? Par Mamadou NDIONE DG du COSEC

3

Devant un puits, un sage d’Afrique a écrit ceci : « Il faut de l’eau pour tirer l’eau ». Enigmatique texte qui renvoie au contexte actuel avec la Covid-19 insondable qui renvoie à l’image d’un nouveau Monde avec de l’eau symbole d’espoir. Tirer l’eau par l’eau.
Nous promettons de répondre à l’énigme après la tentative de traitement du présent sujet posé par continentpremier.com sur la Covid-19 qui serait une opportunité pour l’Afrique.
A vrai dire, cette question qu’on peut qualifier de « Covid-opportune » démontre la témérité de ses auteurs. Comment face au spectre de la pire crise mondiale d’après-guerre oser et poser sur la table la question de l’espoir africain. Il faut une bonne dose licite de gingembre pour parler d’opportunités dans l’inquiétude ambiante.
Il est vrai que le sort scellé par des oiseaux de mauvais augure a jusqu’ici été conjuré par cette Afrique résiliente qui a résisté à l’apocalypse annoncée de la Covid-19. Touchons du bois ; pourvu que la contenance sanitaire par l’Afrique dure face à l’inconnue connue qu’est la Covid-19.
Opportunité de la Covid-19 avons-nous dit. Why not ? Pourquoi pas ?
Commençons par transformer la question complexe par quatre questions basiques pour faire simple.
1- Travaillons-nous en Afrique sur toutes les chaines de production avec les outils modernes pour plus de productivité ?
2- Avons-nous en Afrique assez d’entrepôts et aires de stockage de nos produits pour éviter les pertes ?
3- Avons-nous en Afrique assez de connectivité orientée vers nos zones de production ?
4- Gérons-nous en Afrique par nous-même nos solutions logistiques ?
Nous reviendrons sur ces quatre questions. En attendant, convenons que la Covid-19 a montré la vulnérabilité du tout économique occidental incapable d’avoir assez de masques, de lits d’hôpitaux non pas du fait de manque de ressources mais à cause de choix économiques consistant à coûte que coûte « faire faire par l’autre ce qu’on ne fait pas par soi de façon efficiente ».
La Covid-19 est là avec l’eau qui doit tirer l’eau ; énigme du sage, toujours en suspens.
La Covid-19 a rappelé aux plus fortes économies du Monde la nécessité de replacer l’humain au cœur des choix par d’abord des options basées sur le caractère endogène du développement et la sécurisation des chaines d’approvisionnement et de production.
La première leçon apprise de la Covid-19 est qu’il faut davantage réduire les dépendances vis-à-vis de l’extérieur en termes de consommation de biens et services.
C’est pourquoi saisir l’opportunité Covid-19 commence d’abord pour l’Afrique à notre humble avis par deux principaux axes non exhaustifs d’intervention.
1- Il faut produire africain
2- Il faut des solutions logistiques africaines
Produire africain, c’est se donner les moyens de travailler avec la machine plutôt qu’avec la main. C’est aussi toujours avec les outils modernes aller beaucoup plus vers les transformations artisanales et industrielles des productions africaines.
Au Sénégal, les efforts faits en terme de mécanisation et de motorisation ont été pour une large part dans les bons chiffres obtenus dans la première phase du PSE.
Produire africain avec des solutions logistiques africaines, voilà l’enjeu !
Pour ce faire, nous devons partir du producteur basique à insérer dans un circuit coopératif local pour sa protection. En protégeant nos producteurs primaires dans des cadres coopératifs, nous sécurisons en même temps les chaines d’approvisionnement des unités de premières transformations artisanales pour ensuite aller dans une approche chaine de valeur vers les transformations finales.
C’est cette approche qui est retenue dans la nouvelle stratégie de mise en place des agropoles à adosser à un écosystème de producteurs. Ces agropoles orientés vers les transformations à valeur ajoutée constituent une solution pérenne.
Le modèle coopératif est et demeure incontournable pour que l’Afrique contourne les soubresauts d’un Monde impitoyable où l’économie de marché dicte des lois plus économiques qu’humaines.
La coopérative est une bonne solution africaine. Nous devons savoir que les trois cents plus grandes sociétés coopératives du Monde ont un chiffre d’affaire cumulé plus important que le PIB de l’Inde 7ème puissance mondiale.
Mais la coopérative n’est pas l’eau qui tire l’eau du puits. La question du sage est toujours entier.
Il est vrai qu’un système coopératif qui va du producteur à l’industriel en passant par le commerçant doit être adossé à un système financier du même genre souple, proactif et de nature à garantir les ressources nécessaires à toutes les filières. Le jour où, le producteur primaire africain pourra, sur des bases contractuelles recevoir les moyens financiers en amont de la production, nous aurons réussi à donner plus d’attrait au travail des braves paysans, pêcheurs, éleveurs et artisans africains. Il est à saluer l’initiative du Chef de l’Etat de fusionner incessamment les banques nationales dans un grand holding pour plus de pertinence dans le financement des activités économiques.
Le nerf de la guerre nommé monnaie, est-ce cette eau qui tire l’eau du puits ? L’énigme est toujours là.
En vérité, L’opportunité Covid-19 peut être saisie avec plus d’organisation de nos filières. Il faudra une véritable remise en cause. Il faudra aussi face aux multinationales avoir une stratégie africaine d’érection d’alternatives à travers la con-construction de grands groupes transnationaux. Cet aspect est d’autant plus vrai que dans des segments logistiques importants comme le maritime, l’aérien, le rail et le transport routier international, l’Afrique a encore du chemin à faire.
Les questions logistiques en Afrique sont encore une quadrature du cercle. C’est d’ailleurs une des causes de la faiblesse du commerce intra-africain qui est en en deçà de 17% au moment où celui intra-union européenne par exemple dépasse les 60%.
L’eau tirée par l’autre eau est-ce la logistique ? La question du sage est toujours là.
Pour revenir aux quatre questions basiques sur la disponibilité d’outils et processus modernes, d’entrepôts de stockage, de connectivité et de solutions logistiques endogènes, reconnaissons que la réalité africaine ne saurait donner tout de suite une réponse affirmative. Nous devons bâtir urgemment des solutions logistiques pour ne pas subir les effets désastreux d’un Monde qui va vers les replis nationalistes pour ne dire identitaires.
Oui le défi Covid-19 pour l’Afrique est d’abord dans la résolution des équations liées à la production et aux questions logistiques.
Entre Dakar et Conakry, il y a exactement et seulement 1136,7 kilomètres qu’un véhicule doit pouvoir faire en dix-sept heures roulant à 65 kilomètres à l’heure. Dans la réalité, il arrive qu’un camion fasse le trajet durant 8 jours. C’est pour résoudre cette équation que le COSEC travaille avec le Conseil Guinéen des chargeurs et les opérateurs économiques pour le lancement d’une liaison maritime de marchandise entre nos deux pays par l’armement national sénégalais COSAMA SA dans lequel le COSEC est actionnaire.
En plus de cette action sur le transport maritime, nous avons au COSEC concrètement en mode fast track agi sur les trois leviers que sont la bourse de fret pour garantir plus d’efficience dans les transports de marchandises, l’exposition virtuelle permanente pour offrir plus d’opportunités à nos producteurs et structures à la base, et le logiciel TRACE pour le traitement des réclamations et avis des opérateurs économiques.
En plus de ces interventions sur la logistique, le COSEC essaie d’aider les filières en termes de formation, de formalisation et de recherche de financement. Nous l’avons fait pour la mangue en Casamance, pour le Fonio de Kédougou et Tambacounda, pour les produits halieutiques, pour l’arachide, pour l’anacarde bref pour toutes les filières. En 2021, un incubateur sera institué au COSEC pour plus d’efficience dans nos interventions.
Nous n’avons pas beaucoup de moyens, mais nous essayons d’agir conformément aux options d’émergence définies par le Chef de l’Etat à travers le PSE dans sa deuxième phase, le PAP 2A.
La covid-19, une opportunité pour l’Afrique. Oui le Sénégal peut profiter des opportunités de la Covid-19 parce que notre pays dans la première phase du PSE avait mis l’accent sur le gap infrastructurel, les productions agricoles, les politiques de résilience sociale avec l’accent mis aussi sur les services sociaux de base.
La Covid-19 survenu un an après le lancement du PAP2 aura été une bonne secousse qu’il faut prendre comme une substance dopante pour aller vers plus d’accélération des cinq grandes initiatives que sont : l’industrialisation, le numérique inclusif, l’économie sociale et solidaire, la jeunesse et le PSE vert.
Oui la Covid-19 peut être une belle opportunité pour le Sénégal et toute l’Afrique si et seulement si nous faisons ensemble l’introspection nécessaire pour consommer local. La Covid-19 semble vouloir nous y contraindre et c’est déjà un mal.
L’autre enseignement de la Covid-19, c’est qu’elle invite à moins d’autoglorification ou de populisme pour ensemble dans un sursaut patriotique jouer chacun son rôle. La Covid-19 invite à la fois à l’humilité et à l’ambition. Humilité devant le choc et ambition pour transcender le même choc.
Après avoir permis de faire fondre le mythe d’un occident et d’un orient robuste, la Covid-19 rappelle au Monde que le Continent premier est africain et qu’en dépit des vicissitudes de l’histoire, l’Afrique qui tient encore debout fera plus que résister pour prendre sa véritable place dans ce siècle. Rependre sa place devrions nous dire puisque l’Afrique est bien le Continent premier.
Pour finir, risquons une réponse à la question sur l’eau qui tirerait l’eau en empruntant la formule d’un sage du Nigeria qui disait ceci : « C’est avec l’eau du corps qu’on tire celle du puits. ». Eau du corps égale sueur et sueur égale travail.
Oui, la réponse africaine au spectre Covid-19 est dans le travail acharné pour rattraper le gap immense. Le travail intense est en vérité la solution face à l’opportunité née de la Covid-19. L’Afrique peut s’en sortir en mettant plus de sueurs du corps et du cerveau de ses filles et fils dans le maximum possible de produits que nous consommons.
Nous n’avons pas le droit de déserter. Nous devons rester en Afrique et actionner chaque coin et recoin pour produire et consommer africain afin de créer ensemble les conditions d’un développement autocentré et autoentretenu.
En nous condamnant à devoir trouver des solutions endogènes, la Covid-19 constitue déjà un élément déclencheur de solutions africaines.
Oui la Covid-19 malgré la violence des chocs qu’elle charrie offre des opportunités à l’Afrique qui doit comprendre que la priorité reste et demeure le respect des gestes et règles barrières face au loup Covid-19 qui est dans la bergerie.
Portons nos masques et allons travailler dur pour, avec nos sueurs, tirer l’eau de l’espoir enfouie dans le puits Covid-19.
Je vous remercie de votre attention.
Mamadou NDIONE
DG du COSEC

Afficher les commentaires(3)