Accueil Actualités Cumul Chef d’Etat et chef de parti : la sempiternelle équation des Gouvernants

Cumul Chef d’Etat et chef de parti : la sempiternelle équation des Gouvernants

Gouvenants

Le cumul du statut de chef d’Etat et de celui de chef de parti est devenu une équation à mille inconnues des gouvernants. En effet, cette question qui avait été évoquée alors que Wade dirigeait le Sénégal, avait trouvé l’adhésion de l’actuel chef de l’Etat.

Macky Sall, alors farouche opposant de son ex-mentor, avait décrié ce qu’il est convenu d’appeler le cumul du statut de chef d’Etat et de celui du chef de parti.

A l’image de son maitre politique, arrivé aux affaires, Macky Sall semble ne plus être disposé à trancher positivement le sujet.

C’est en ce sens que cette question débattue dans le cadre du dialogue politique qu’il a lui-même initié, n’a pas trouvé d’accord. Et la résistance viendrait des plénipotentiaires de la mouvance présidentielle qui ne font que porter sa parole dans ces rencontres politiques.   

 Une sempiternelle équation…

Faire en sorte que le Président de la république ne devient plus chef de parti au Sénégal, reste une véritable menace dit-on pour les partis politiques.

Ce, quand on sait qu’au Sénégal, les partis sont adossés à leur fondateur. C’est le cas entre autres du Pds de Me Wade, de l’Afp de Moustpapha Niasse, Tekki de Mamadou Lamine Diallo, Pastef d’Ousmane Sonko, d’Act d’Abdoul Mbaye, de l’Ucs d’Abdoulaye Baldé, du Grand Parti de Malick Gakou, du parti Rewmi d’Idrissa Seck, de l’Apr de Macky Sall, même si Moustapha Diakhaté à laissé entendre que «cette formation politique au pouvoir ne fait pas partie du patrimoine de Macky Sall».  

 La suppression de ce cumul est loin de faire l’affaire des gouvernants. Car, ils courent de gros risques d’être chef de l’Etat et ne peut plus gérer le parti par le biais duquel ils sont arrivés à la magistrature suprême.

La démocratie Sénégalaise, il faut le constater, n’t le dire haut et fort, n’a pas encore atteint ce niveau. C’est cela qui explique le refus des tenants du pouvoir de céder à la pression de l’opposition et de la société civile.   

  Les différents points d’accord contenus du dialogue politique

 Les points d’accord sur lesquels un consensus a été trouvé en marge du dialogue politique et susceptibles de donner lieu à une mise en œuvre immédiate, par voie législative ou réglementaire conformément aux engagements du Président de la République sont entre autres : le report des élections locales qui devaient se tenir le 1er décembre 2019 ; l’audit du fichier électoral par des experts indépendants; l’évaluation du processus électoral de la refonte partielle de 2016 à la proclamation des résultats de l’élection présidentielle de 2019 prévue sur une période de cent vingt jours (120) jours au maximum par des experts indépendants ; l’élection au suffrage universel direct des maires et des présidents de conseil départemental, tête de liste majoritaire ; l’harmonisation du pourcentage de la répartition des sièges des élections départementales avec les élections municipales (45% au scrutin de liste majoritaire et 55% au scrutin de liste proportionnelle). 

Pape Alassane Mboup-Senegal7

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici