Accueil Actualités Dakar, capitale encombrée

Dakar, capitale encombrée

Marcher sur un trottoir est devenu un luxe pour les Dakarois. La ville fait face à une occupation anarchique de la voie publique. Les trottoirs et les ruelles sont occupés de façon anormale. Certains sont même transformés en garages de mécanicien, en comptoirs de commerce, en dépotoirs d’ordures, de sable et de gravats. Ce qui donne un autre visage pour une ville qui est nichée dans l’océan atlantique et en tire son appellation de « presqu’île ». Une situation qui cause beaucoup de problèmes pour les automobilistes et les piétons qui y risquent parfois leur vie.

Perte de temps notoire.

Rencontré à la Cité des eaux en train de marcher, Khadim Faye, jeune étudiant qui devait prendre l’avenue des Hlm pour rejoindre son école de formation, se lamente fortement de la situation. En effet, il devait faire un examen de fin semestre, mais malheureusement pour lui, il a accusé un énorme retard à cause des embouteillages dus à la route trop étroite du fait des installations clandestines. « C’est trop difficile de se déplacer en ville à cause de cet énorme embouteillage. Je viens de rater un examen très important. Rien ne bouge ici à cause de cette occupation anormale. Comme le conducteur était obligé de contourner et de prendre une autre voie, je suis descendu du bus pour marcher », peste-t-il. De l’autre côté, au niveau de liberté 6, le rond-point prend les formes d’un carrefour. C’est un laisser-aller à tous les niveaux. Les barrières de sécurité servent de tabliers et les trottoirs devenus dépotoir de sable, de gravats et de garage de mécaniciens où sont exposés des motos et des voitures. Interrogé, Abdou Dia, chef de garage aux Maristes se décharge de ses responsabilités et accuse les propriétaires de voitures à réparer. « Les voitures sont exposées parce que certaines d’entre elles en pannes ont des pièces de rechange très rares. Leurs propriétaires, durant toute la recherche des pièces, sont obligés de nous les laisser. Parfois, certaines personnes n’ont pas assez de moyens pour payer la réparation. S’il ne dépendait que de nous, aucune voiture ne serait sur les trottoirs ».Dans certaines ruelles, on aperçoit des tas de sables pour la construction d’un immeuble. Mais aussi des marchands qui mettent leurs articles par terre (chaussures, vêtement…). Ce qui rend impossible la circulation, rapporte le « Soleil ». Pour rappel, le Président Macky Sall avait annoncé, à l’occasion du Forum des investisseurs privés, un grand ménage pour venir à bout de l’encombrement humain dans la capitale sénégalaise.« Ce qui se passe à Dakar, ce n’est pas normal. Partout, il y a des parkings de vente de voitures, tabliers et autres. L’association des maires doit nous aider à remettre de l’ordre dans la capitale’’, avait déploré le chef de l’Etat. Ce propos a été rappelé lors de son investiture le 2 avril à Diamnadio.

Assane SEYE-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici