Dauphinat : Hott et Aly : les « hommes forts » du régime

11

Chassez le naturel, il revient au galop.  Sur la question du dauphinat, le Chef de l’Etat Macky Sall avait affirmé alors qu’il était interpellé par le journaliste Babacar Fall qu’il n’en avait pas. Mais de par les actes qu’il est en train de poser, on ne peut s’empêcher de lui trouver ses hommes forts. Et dans ce cercle très fermé, le Ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération internationale, Amadou Hott émerge du lot. S’ensuit in extrémis Aly Ngouye Ndiaye,le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique.

Le chef de l’alliance pour la République avait fait  soutenu le 31 décembre 2019  face aux journalistes qu’il n’avait pas de dauphin au sein de son parti et de son entourage pour lui succéder à la magistrature suprême.

Selon lui, le Sénégal n’est pas un royaume et lui-même n’est pas un roi qui doit être succédé par sa lignée. « Les Sénégalais ne sont pas un peuple à qui on choisit un dirigeant.

Je ne suis pas un roi », avait-t-martelé. Le temps étant un bon juge, les circonstances se font et se défont au gré des mutations au sein du landerneau politique national mais aussi au sein de la majorité. On pourrait même parler de choc des ambitions au sein du pouvoir.

La plupart des  caciques du régime nourrissent l’ambition de succéder au Chef de l’Etat mais le plus important est que le Premier sénégalais se fasse ses propres hommes de main. Et pour ne pas se dédire alors qu’il a affirmé ne pas avoir de dauphin, ses actes quotidiens avec certains de ses plus proches collaborateurs le trahissent à la face du monde.

Au Palais et même en conseil des ministres, Amadou Hott apparait comme le premier dauphin. L’intouchable à qui l’ancien premier ministre n’ose plus porter un regard au risque d’essuyer la colère du Chef de l’Etat.

Il en est de même pour le ministre Abdoulaye Daouda Diallo avec qui il a naguère croisé le fer. Le ministre Amadou Hott est  l’espoir du Chef de l’Etat.Il est son alpha et son oméga.

Il est talonné par le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, Aly Ngouye Ndiaye qui joue le rôle de « Premier ministre » puisque quand le Chef de l’Etat prend les airs et qu’il doive se faire représenter derrière lui, c’est Aly qui fait son affaire.

La preuve, après les inondations, le premier flic est chargé d’enclencher le plan Orsec pour venir en aide d’urgence aux populations sinistrées. Mais là ne s’arrête pas les prérogatives du maire de Linguère.

Il est constaté que nonobstant la transversalité de son département, Aly empiète dans tous les autres ministères. L’on ne sait si c’est à dessein ou non, mais il talonne le tout puissant Amadou Hott qui a la charge de remettre sur les rails l’économie si éprouvée de notre pays.

En tous les cas, Hott et Ali apparaissent comme les hommes forts du régime. Et Sénégal7 prospecte davantage pour éclairer la lanterne des sénégalais sur ce feuilleton aux allures burlesques.

Assane SEYE-Senegal7

 

 

Show Comments (11)