Accueil Actualités De Chef de l’opposition au Chef de l’Etat : Quelle...

De Chef de l’opposition au Chef de l’Etat : Quelle passerelle ?

chef

Le statut du chef de l’opposition fait couler beaucoup d’encre et de salive sous nos cieux. Les supputations vont bon train sur ce dossier qui semble poser plus de problème qu’il n’en résout. Mais  la question est de se demander si réellement le statut du chef de l’opposition confère  drastiquement à son homme la possibilité d’être chef de l’Etat par le truchement des suffrages de nos compatriotes. N’est-il pas plausible qu’un autre candidat lui ravisse la vedette alors qu’il incarne cette casquette institutionnalisée ?

Les sénégalais  sont habilités à voter pour choisir celui qui doit les diriger. Et ce vote est régi  par une loi et organisé par le ministère de l’intérieur. Du coup, l’on a mainte fois vu une élection présidentielle basculer au dernier moment  en faveur d’un candidat qui n’était même pas pressenti au départ.

Ce qui démontre à suffisance que le vote obéit souvent à des critères sociologiques qui peuvent  échapper à l’entendement. Dans ce cadre, la question est de se demander si le statut du chef de l’opposition est susceptible de conférer à son homme la possibilité de passer  chef de l’Etat par le biais des suffrages exprimés ?

A l’évidence, nous sommes en politique et non dans une approche  purement cartésienne. Dès lors que le chef de l’opposition est en poste dans ce cas d’espèce, rien ne lui garantit la possibilité d’être chef de l’Etat car ce sont les sénégalais qui choisissent librement leur homme. A ce niveau, le cadre institutionnel qui lui est dédié  peut tombe à tout moment dans la caducité.

L’on devient ainsi chef de l’opposition pour amuser la galerie et non pour espérer diriger le Sénégal. Aujourd’hui, ce débat fait rage mais ressemble plus à une diversion qu’une approche objective de ce qui intéresse nos compatriotes. Et la spécificité d’une diversion, c’est de toujours dissimuler quelque chose de plus probant.

Pour le cas du président Macky, le 3e mandat devient l’arbre qui cache la forêt d’un monde d’ambition qui se profile à l’horizon 2024. De Chef de l’opposition   au Chef de l’Etat, la passerelle devient ainsi aléatoire car ne répondant pas toujours à des critères objectifs.C’est ce qu’on appelle de la pure diverrsion.

Assane SEYE-Senegal7

 

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici