Accueil Actualités Découvrez L’histoire inédite de Serigne Ibrahima Mbacké, fils de Bamba

Découvrez L’histoire inédite de Serigne Ibrahima Mbacké, fils de Bamba

Sixième fils connu de Bamba après Serigne Mouhammadou Moustapha, Serigne Fallou, Serigne Mouhammadou Lamine Bara, Serigne Bassirou, Serigne Adoulahi, Serigne Ibrahima Mbacké (1912-1955) a eu la baraka d’être choisi par son illustre père pour parachever sa mission au Gabon.

L’explication est à chercher dans l’hagiographie mouride. Dans les écrits de Serigne Moussa Ka, qui dans son appendice au poème consacré à l’exil de Borom Touba, «Yokkub Jazahu Shakkoor», retrace l’ordre du Cheikh à Ibrahim d’aller finir la mission au Gabon. Le choix du fondateur du Mouridisme porté sur son fils, Serigne Ibrahima, ne doit rien au hasard. Puisque Cheikhoul Khadim lui-même, souligne dans ses écrits que son exil à Sarsarra (Mauritanie) avait pour but de récolter les fruits de sa mission au Gabon. En exil en Mauritanie, Borom Touba a profité de sa double culture, exotérique et ésotérique, pour s’unir en mariage avec trois vénérées de la lignée chérifienne. De ces unions naîtrons Sokhna Aminata Mbacké, Serigne Abdoulahi Mbacké et Serigne Ibrahima Mbacké. Celui choisi par le Tout-puissant pour remonter les pentes de la montagne sainte, (re)fouler les berges de Lambéré et le fouillis de Mayumba. Le choix n’est pas un hasard : Ibrahim, eh oui, en reconnaissance à l’apôtre de la foi. Au prophète et père du monothéisme.

Au début, c’était un rêve. Un songe mystique dans lequel Khadimoul Rassoul, le serviteur du Prophète (Psl), lui dit trois fois : «Ibrahima, après l’Aïd-el-fitr, je te recommande d’effectuer un voyage au Gabon». Une recommandation que Serigne Ibrahima Mbacké a prise comme une  injonction. Il prépare alors minutieusement le voyage, décidé à accomplir la mission, quel qu’en soit le prix. C’est le début d’un engagement inébranlable pour la vulgarisation du Mouridisme.

Fils unique, descendant du Prophète (Psl)

Ce soir-là à Touba mosquée près de Keur Serigne Saliou Mbacké au nord de la Grande mosquée de Touba, Serigne Yadaly reçoit dans la modestie. Habillé d’un «Baye Lahad» assorti d’un pantalon bouffant, il accueille dans une chambre, dans la sobriété. Une pièce de quelques mètres carrés meublée d’un matelas, d’un tapis de velours, d’un ventilo, d’une natte en plastique et d’un bazar de livres coraniques et de Khassidas (poèmes) du Cheikh. A Touba et ses environs, Serigne Yadaly ne passe pas inaperçu. Malgré son jeune âge, il est réputé grand connaisseur de l’histoire du Mouridisme, du Cheikh et de son grand-père, Serigne Ibrahima Mbacké. Coordonnateur du comité scientifique pour la restauration et la vulgarisation de l’œuvre de Serigne Ibrahima Mbacké, Serigne Yadaly est la meilleure source quand il s’agit de parler de son grand-père, Serigne Ibrahima Mbacké.

Sixième fils connu de Khadimoul Rassoul, le saint-homme a vu le jour au mois de Safar 1330 (1912) à Daroul Alimul Kabir (actuel Ndame). Sa mère, Sokhna Fatimatou Bintou Djadany, est d’origine mauritanienne, de la tribu chérifienne des Dawal hajs, une branche Khouraychite. Fils unique de sa mère, Serigne Ibrahima Mbacké a été confié à Serigne Abdourahmane Lô. Sous l’œil vigilant et protecteur de Borom Ndame, qui l’initie à l’apprentissage du saint Coran, Serigne Ibrahima Mbacké se révèle un vrai crack. «En un temps record, il maîtrise le saint Coran et le transcrit à 12 ans», raconte Serigne Yadaly Mbacké. Ensuite, il a bénéficie de solides connaissances en sciences religieuses auprès de grands érudits comme Serigne Modou Dème à Diourbel et des Cheikh de son père. Il a aussi écrit plusieurs recueils de poèmes, dont «Akhdalou ziar et Akhdalou adiya», dédiés à son illustre père. D’après son petit-fils, tous ceux qui connaissaient Cheikh Ibra étaient frappés par l’immensité de son savoir. «Serigne Ibrahima se distinguait par l’imitation de son père et maître spirituel dans ses actes, ses paroles et ses enseignements. C’est ainsi que parmi les nombreuses qualités qu’on lui connaissait, il s’était particulièrement distingué par l’amour des musulmans, qu’il assistait sans distinction», fait-il savoir.

Après la disparition du Cheikh en 1927, Serigne Ibrahima, comme toute la descendance de Bamba, va faire allégeance à Serigne Moustapha Mbacké. Et quand le moment de fonder une famille est arrivé, Serigne Moustapha lui demande où est-ce qu’il voulait résider ? Et Serigne Ibrahima de lui rétorquer qu’il souhaitait ressusciter la demeure de son illustre père à Mbacké Barry. «Sous la bénédiction de son frère, Serigne Moustapha, Serigne Ibrahima s’y s’installe et y crée douze daaras. Non sans abandonner sa maison de Touba mosquée, qui se situait à l’emplacement actuel de la Résidence Cheikhoul Khadim à l’ouest de la Grande mosquée. C’est après sa disparition que Serigne Bassirou a donné à son fils aîné, Serigne Ndame Abdourahmane, plus connu sous le surnom de Serigne Ndeame Atta Mbacké, son Khalife, l’actuelle concession où réside la famille de Serigne Ibrahima Mbacké», explique Serigne Yadali.

Connu pour son sourire spontané et son grand amour des créatures, pour la face de Dieu, Serigne Ibrahima était d’une générosité sans borne. Serigne Yadaly : «Sa résidence de Mbacké Barry dans la ville de Mbacké ne désemplissait jamais. Autorités, disciples, nécessiteux et gens en quête de prières, assaillaient sa demeure car il jouissait d’une réputation selon laquelle personne ne rentrait de chez lui bredouille. Partout où il séjournait au Sénégal, il était un soutien à la communauté mouride par ses encouragements et exhortations aux disciples dans la voie de la Mouridiya».

Le rêve et le choix du Cheikh pour la mission au Gabon

Mais quand arrive le moment de réaliser le rêve de son illustre père, le fils de Bamba n’a pas rechigné à la tâche. Puisque, souligne Serigne Yadaly, Cheikh Ahmadou Bamba a souvent répété à ses visiteurs que sa mission au Gabon devait durer huit ans (08), mais par sa foi et son courage, il l’a terminée en sept ans et sept mois. Mais en quittant le Gabon, le Cheikh avait confié ceci à Samba Ndiaye, un des ses talibés : «Vous voyez ces neufs manguiers, ils vont mourir jusqu’à ce qu’il en restera un seul, et c’est à ce moment-là que je reviendrai pour compléter les huit années, comme je l’avais promis au Prophète (Psl). A ce moment, il lui restait trois mois pour honorer sa mission.» Mais à la place de Bamba, c’est Serigne Ibrahima Mbacké qui va débarquer au Gabon pour accomplir la prophétie.

50 ans se sont écoulés depuis que le Cheikh est revenu au Sénégal.  Mais un soir, Serigne Ibrahima vit le serviteur du Prophète (Psl) en rêve, qui lui indiqua l’heure du départ. Avec la bénédiction du Khalife général des mourides d’alors, Serigne Fallou Mbacké, Serigne Ibrahima se met en route. Il quitta MBacké Barry dans le Baol, en 1954, comme son père avait quitté MBacké Barry dans le Djoloff, en 1885, pour aller au Gabon. Deux villages, un même nom, mais de situations géographiques différentes. Mais contrairement à son père, qui a été exilé par voie maritime, Serigne Ibrahima MBacké a pris la voie terrestre. Par voiture, train, pirogue, il fait les mêmes escales que le Cheikh. Son périple l’a conduit dans plusieurs pays. Son passage a été remarqué dans toutes les grandes villes des anciens territoires de l’Afrique occidentale française (Aof) et de l’Afrique équatoriale française (Aef). Il a fait escale à Kayes et Bamako (Soudan français), Bouaké, Abidjan et Grand Bassam (Côte d’ivoire), Lomé et Cotonou (Dahomey), Pointe Noire et Brazzaville (Congo) et Douala (Cameroun). Serigne Yadaly : «Une fois sur le territoire du Gabon, Serigne Ibrahima Mbacké visita, sous la conduite d’un talibé de son père, un ancien gendarme du nom de Samba Ndiaye, alors âgé de 96 ans, les lieux où Cheikhoul Khadim a séjourné entre 1895 et 1902. Il lui montra alors le dernier des neufs manguiers, comme l’avait prédit le Cheikh, en lui faisant comprendre que c’est Bamba en personne qui revenait ainsi. Il a visité Mayumba, Lambaréné, Lodima, Njolé, Port Gentil, Libreville, avant de se rendre à ‘’wir wir’’, située à une soixantaine de kilomètres des côtes de Mayumba.»

Après ce voyage riche en significations, Serigne Ibrahima Mbacké rentre au bercail. Où il rendit l’âme trois mois seulement après son retour. Ce fut le vendredi 21 février 1955, à Touba,  alors qu’il n’était âgé que de 43 ans. Une vie courte, mais remplie de dévotion à Allah et d’amour pour Borom Touba.  Homonyme du Prophète Ibrahim, Serigne Ibrahima Mbacké a eu quatre fils : l’aîné, Serigne Ndame Atta Mbacké, actuel Khalife de Serigne Ibrahima et troisième personnalité des descendants de Bamba, Serigne Khadim Mbacké (décédé le 7 mai 2001), Serigne Falilou Mbacké et Serigne Mame Mor Mbacké (décédé en 1985).

EL HADJI FALLOU FAYE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici