Désaccords sur le fichier électoral : Pouvoir et opposition hypothèquent l’organisation des élections !

Les désaccords tributaires  de l’audit du fichier électoral posent beaucoup plus de problème qu’ils n’en résolvent entre pouvoir et opposition. Faut-il en pleurer ou en rire ! De toute évidence, le processus électoral est déjà vicié du simple fait  des reports incessants de la tenue des élections locales. Cerise sur le gâteau, l’opposition voudrait de la tenue des échéances  au plus tard en fin 2021, tandis que le pouvoir  procède à un découpage administratif de certaines circonscriptions électorales. Des manœuvres tendancieuses qui démontrent à suffisance que les sénégalais risquent d’aller aux élections en 2024.

La pomme de discorde dans le processus électoral, c’est bien les résultats de l’audit du fichier électoral qui ne font pas du tout  l’unanimité entre pouvoir et opposition. Les enjeux sont énormes et la confiance n’est plus de mise entre ces deux entités. Les experts ont rendu leurs conclusions après un audit du fichier électoral, celui qui avait servi de base à la présidentielle de février 2019. C’est une des étapes préalables à l’organisation des futurs scrutins, notamment les élections locales prévues au plus tard fin janvier 2022. Selon le rapport de 124 pages de la mission d’audit, le fichier est déclaré « cohérent et fiable ». Il propose des pistes d’amélioration. Mais l’opposition ne l’entend pas de cette oreille. Sur la trentaine de recommandations faites par les auditeurs qui attestent de la fiabilité du fichier électoral, l’opposition  est convaincue que ce fichier est corrompu. Elle relève que le fichier « ne permet pas d’organiser des élections équitables », et ne « reflète pas la démographie du pays ». Dans leur rapport, les experts soulignent que seule la moitié (53,8%) des jeunes de 18-25 ans sont inscrits. Ils notent également « l’inexistence de dispositions sur le financement public des partis politiques », ou encore « la méfiance des acteurs sur les organes de gestion des élections, à cause de leur lien hiérarchique avec le ministère de l’Intérieur ». Ils proposent aussi d’« améliorer » la procédure de parrainages, qui divise la classe politique. Du coup, les sénégalais se retrouvent au pied du mur puisqu’il  n’y aura probablement pas d’élections jus qu’en 2024.La preuve ,le pouvoir cherche par tous les moyens à gagner du temps et s’apprêterait à procéder au découpage territorial de Dakar et de certaines circonscriptions  du pays pour des raisons éminemment électoralistes.

Assane SEYE-Senegal7