Dialogue national : La montagne accouchera-telle d’une souris ?

0

«La participation de Karim et Khalifa (otages politique) apporterait une plus-value au dialogue national», a estimé Alioune Tine. D’ailleurs, le Front citoyen pour la libération de Khalifa Sall rame dans cette direction. A en croire le front, tenir une rencontre sans ces deux responsables trahirait la démarche de l’opposition. En ce sens que Macky Sall serait tenu comme principal responsable, s’il ne venait pas à respecter sa promesse de compagne électorale : «amnistier Karim et Khalifa Sall».

Plus-value…

Le Front citoyen pour la libération de Khalifa Sall a rencontré Alioune Tine, président de la Raddho et de Africa Jom Center dont il est le fondateur, à son siège de Ouakam. Ce front a initié une série de rencontres avec les acteurs de la société civile et a lancé une pétition citoyenne pour la libération de l’ancien maire de Dakar.

Lors d’un point de presse au siège de Africa Jom Center, Abou Diallo, membre du Front pour la libération de Khalifa Sall a signifié qu’il faut un plaidoyer national très fort pour libérer d’abord Khalifa Sall, ce qui va faciliter la tenue du dialogue national.

Le Front a ainsi rencontré Alioune Tine pour lui soumettre un plan d’action pour la libération de Khalifa Sall. À l’en croire, ce combat n’est plus un combat khalifiste mais un combat de tous les citoyens sénégalais. Alioune Tine de s’engouffrer dans la brèche et d’affirmer qu’il serait important de libérer d’abord les « otages politiques », à savoir Karim Wade et Khalifa Sall, afin de conférer une plus-value à ce dialogue national.

La montagne accouchera-t-elle d’une souris ?

Les partisans de Khalifa Sall n’ont pas répondu à l’invitation du ministre de l’Intérieur, jeudi dernier, pour définir les termes de référence du dialogue national. Pire, le maire de Sacré-Cœur, Barthélémy Dias, a, sur les ondes de la Rfm, mis en garde leurs alliés participants à ces concertations.

«Ceux qui ont pris sur eux la responsabilité de répondre à l’invitation du ministre de l’Intérieur, nous respectons leur position, parce que nous respectons leur indépendance, mais qu’ils sachent que si aujourd’hui, il y a dialogue dans ce pays sans que nos conditions soient respectées, ils prendraient sur eux la responsabilité de la rupture avec le groupe des khalifistes», a mis en garde Dias fils.

Pour les conditions de participation, il exige la libération de Khalifa Sall et l’amnistie pour Karim Wade. Par conséquent, il n’est pas question, d’après Dias fils, de s’assoir avec le pouvoir, tant que la prise d’otages exercée sur leurs camarades détenus ne cessent.

Et si cette préoccupation n’est pas prise au sérieux, il ne doit pas que le dialogue voulu par le chef de l‘Etat, Macky Salm risque de capoter au dernier moment. Car, même si une bonne franche de l’opposition compte répondre au ministre de l’intérieur, il n’en demeure pas moins qu’elle peut quitter la table de négociation si toute fois que le président Sall ne respecte pas sa promesse de campagne d’amnistier Karim et Khalifa. Et le dialogue sera ainsi compromis.
senegal7

Leave a comment