Accueil Actualités Dialogue politique dans l’impasse : les acteurs ne parent pas le même...

Dialogue politique dans l’impasse : les acteurs ne parent pas le même langage

Consensus impossible sur la question des autorités en charge de l’organisation des élections. Le président de la commission du dialogue politique, le Général Mamadou Niang, en a fait le constat hier lors de la synthèse des travaux. La mouvance présidentielle, l’opposition et les partis non alignés ne parlent pas le même langage.

Il y a un désaccord total sur la question pendant deux séances. Le hic est qu’en discutant des institutions en charge de l’organisation des élections, les acteurs évoquent forcément les problèmes du processus électoral et les failles notées lors des dernières échéances. A ce propos, la mouvance présidentielle ne partage pas l’avis de l’opposition et des non-alignés. Ce que ces derniers considèrent comme des manquements, la mouvance minimise. Ainsi, depuis deux séances, ils tournent en rond et le président de la commission en a fait le constat. Pourtant, les partis non alignés avaient alerté très tôt qu’ils fonçaient droit vers l’impasse. Selon Déthié Faye, les non-alignés avaient proposé que les experts fassent d’abord l’évaluation du processus électoral avant que la commission politique n’aborde ces questions. Mais la majorité n’avait pas voulu suivre. Aujourd’hui, l’histoire leur a donné raison puisqu’ils se retrouvent dans une impasse.

CENA, DGE et le CNRA interpelés

Pour surmonter l’obstacle, les acteurs se sont accordés sur la suspension de la question des autorités en charge de l’organisation des élections (CENA, DGE, CNRA). Désormais, ce sujet est suspendu à l’évaluation du processus électoral par des experts. Ainsi les acteurs discuteront des manquements et problèmes relevés par les experts ainsi que leurs recommandations. Avec cette méthode, il y a de fortes chances qu’ils trouvent un consensus sur le point. Toutefois, ce n’est pas pour demain les conclusions des évaluateurs du processus électoral. D’autant que la procédure de sélection des experts n’a pas encore commencé. Les membres de la commission politique n’ont pas encore rencontré les partenaires qui financent l’audit et l’évaluation du processus pour en échanger. Ils fixeront ensemble la date de démarrage de l’audition et la fin des travaux. En attendant, les acteurs politiques vont poursuivre les discussions sur d’autres questions, notamment celles liées à la rationalisation du calendrier électoral, le statut de l’opposition et de son chef etc..
senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici