Accueil Actualités Dialogue politique : Quand la justice se retrouve au banc...

Dialogue politique : Quand la justice se retrouve au banc des accusés avec Karim et Khalifa?

justice

Le Conseil supérieur de la Magistrature est présidé par le Président de la République. Le ministre de la Justice en est le vice-président. Les premiers présidents de cours d’appel et les procureurs généraux près lesdites cours suivent sur le plan de la hiérarchie judiciaire. Du coup, si le Chef de l’exécutif voudrait assouvir ses desseins politiques, ce n’est pas la justice qui pourrait l’en empêcher. Karim Wade et Khalifa Sall ont ainsi été victimes de ce système où des magistrats  se pointent du doigt sur des querelles de préséance. Et le dialogue politique est venu conforter un tel entrisme de l’ordre contingent.

C’est aujourd’hui plus que jamais que les sénégalais ont de bonnes raisons de douter de l’équité de leur justice mais aussi de certains magistrats qui ont mis à nu les pratiques peu orthodoxes qui ont cours au sein du temple de Thémis.

Un magistrat aurait accusé son collègue magistrat de corruption. Et ceci a fait l’effet d’une bombe dont l’impact touche inexorablement tous les dossiers sensibles qui ont rendu groggy les Sénégalais  ces derniers temps.

A la clé, les dossiers Khalifa Sall et Karim Wade refont surface et offrent l’image d’une justice manipulée, malléable et modulable à souhait au mépris des règles fondamentales de Droit qui garantissent la liberté et la sécurité du citoyen.

De toute évidence, cette affaire des deux magistrats qui règlent leurs comptes sur la place publique indispose totalement le pouvoir  de Macky Sall.

Car, cela démontre à suffisance qu’il n’y a jamais eu de séparation des pouvoirs entre l’Exécutif, le judicaire et le législatif encore moins l’indépendance des magistrats.

A la limite, la justice pourchasse des intérêts crypto-personnels à préserver quitte à détruire la vie d’un tiers. Khalifa Sall et Karim Wade risquent de ne pas recouvrer leurs droits civiques pour avoir été condamnés par une justice où l’on découvre des manœuvres qui font froid au dos.

C’est la raison pour laquelle d’ailleurs, les acteurs du dialogue politique ont tout fait pour écarter ces deux dossiers qui  ne leur offre jamais une bonne presse au vu  du malaise qui fait tâche d’huile dans tout le système judicaire.

Quand c’est le grand bazar au sein de la magistrature, il y a fort à parier que Khalifa Sall et Karim Wade ne sortiront jamais indemnes de ce dialogue politique enclenché .Les enjeux politiques demeurent énormes pour leurs contempteurs qui ont remis le glaive.

Au banc des accusés, l’on retrouve la justice elle-même, Karim Wade et Khalifa Sall. Diantre !

Assane SEYE-Senegal7

 

6 Commentaires

  1. привет юзеры
    ПРОКЛЯТОМУ ВСЕМИ ВСЕВЫШНЯМИ И СВЯТЫМИ ГАИШНИКА В СЕВАСТОПОЛЕ
    ПО ЧЕЛЮСКЕНЦЕВ И БОГДАНОВА. НУЖНО СРОЧНО ЛЕЧИТЬ.
    8 4964669696899886664

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici