L'Actualité en Temps Réel

Dossiers judiciaires, parrainage : Ces armes destructrices de Macky pour éliminer des candidats

Le jeu démocratique suppose un pouvoir fort et une opposition qui s’oppose dans le cadre de la régulation du jeu politique. Mais si depuis 2012,le Président Macky  choisit ses adversaires au scrutin présidentiel, en 2024,il risque de se retrouver face à une « armada » d’opposants décidés à ne plus se laisser faire.

Ce qui risque d’être fâcheux pour lui car s’il n’était pas un opposant à son ancien mentor le Président Abdoulaye Wade, il ne serait jamais élu Président de la république. Du coup ,le principe de l’opposant qui passe Chef de l’Etat par le biais  du vote des sénégalais est un principe sacro-saint que nul n’a le droit d’assujettir pour quelques raisons politiciennes que soient.

Alors que les résultats des élections législatives viennent de connaitre leur épilogue, déjà du côté de l’opposition, les déclarations de candidatures se font à un rythme effréné. Ousmane Sonko a été le premier à  lever la main pour dire qu’il  compte briguer la magistrature suprême en 2024.

Idem pour le leader de Geum Sa Bopp Bougane Guèye Dany qui a effectué un travail remarquable dans le cadre de la percée de l’opposition au sein de l’hémicycle. Malick Gackou le leader du Grand Parti, Karim Wade et Khalifa Ababacar Sall sont tous décidés à caler leurs pieds  aux starting-blocks en 2024.

Logique pour logique si le Président Sall se livre à son jeu favori consistant à  choisir ses adversaires pour briguer sa troisième candidature, il risque de buter sur son modus operandi d’autant  qu’il ne s’agit plus de blocage par le système de parrainage encore moins de feuilleton judiciaire dûment entretenu contre des tiers pour les empêcher de briguer la magistrature suprême.

La vérité est que le Président Sall s’arroge tout sans commune mesure  dans le seul but de faire passer ses desseins depuis 2012. Au demeurant si la Constitution ne lui permet plus de se représenter en 2024,il reste clair qu’il doit irréversiblement organiser une élection présidentielle  crédible ,libre et transparente et que le meilleur gagne.

Mais au cas où il serait tenté de briguer une troisième fois la magistrature suprême, il appartiendrait à l’évidence, aux Sénégalais de trancher l’équation dans les urnes à l’instar d’avec Me Abdoulaye Wade en 2012.Il arrive parfois ou bizarrement que l’histoire se répète. Diantre !

Assane SEYE-Senegal7