L'Actualité en Temps Réel

Du nouveau dans l’affaire de la diplomate sénégalaise arrêtée par la police Canadienne

L’affaire de la diplomate sénégalaise arrêtée par la police Canadienne s’éclaire d’un jour nouveau. On en sait un peu plus sur les motifs de son arrestation muscle par la police canadienne. En effet une ordonnance du Tribunal administratif du logement explique la raison de la visite d’un huissier à la résidence d’une diplomate sénégalaise le 2 août. Le document judiciaire, dont Radio-Canada obtient copie, révèle que la diplomate devait plus de 45 000 $ en dommage à son locateur.

Dans le document, on y apprend que le locateur demande le recouvrement du loyer non payé au moment du départ du locataire, des dommages-intérêts pour dommages au logement, plus les intérêts et l’indemnité additionnelle prévue au Code civil du Québec et les frais.

La diplomate aurait occupé un bungalow à Gatineau pendant deux ans, soit de novembre 2018 à octobre 2020, et aurait laissé derrière elle des dégâts et dommages considérables.

De la moisissure sur les murs, des planchers imbibés et des infestations de coquerelles en font partie, d’après le document repris par Radio-canada .

Des meubles auraient été endommagés et certains sont manquants, toujours selon le document rendu par la cour.

Cet événement considéré comme un incident diplomatique a été condamné par Dakar. Au cours de cette opération, la police canadienne a exercé sur la diplomate une violence physique et morale humiliante devant témoins et en présence de ses enfants mineurs, s’indignait le ministre des affaires étrangères et des sénégalais de l’extérieur, dans un communiqué.

Senegal7 avec Radio-canada