Accueil Actualités Du Rnd au Pds, puis à l’Apr : Moustapha Diakhaté, «éternel incompris»

Du Rnd au Pds, puis à l’Apr : Moustapha Diakhaté, «éternel incompris»

Moustapha Diakhate

Moustapha Diakhaté, économiste de formation, a milité très jeune, tient-il souvent à préciser, au Rassemblement national démocratique (RND), créé par entre autres nationalistes sénégalais l’historien Cheikh Anta Diop, l’avocat Babacar Niang et le médecin-pédiatre Moustaph Diallo.

Par la suite, il a intégré le Pds, alors principale formation de l’opposition sénégalaise alors que son secrétaire général national, Abdoulaye Wade, incarnait la figure de «leader naturel» de l’opposition de l’époque.

M. Diakhaté fut aussi membre de la Coordination des étudiants de Dakar, à la fin des années 80 à une époque où le gouvernement socialiste d’Abdou Diouf commençait à être acculé par diverses contestations politiques et sociales.

Moustapha Diakhaté démissionne du Pds et adhère à l’Apr

Après ses premiers pas en politique au parti Rnd, Moustapha Diakhaté, après des années de compagnonnage avec Wade, il quitte avec fracas, le Pds, pour intégrer l’Apr, de Macky Sall.

C’est en mai 2009 que Moustapha Diakhaté, alors libéral, proche de Wade, avait annoncé sa démission du Parti démocratique sénégalais (Pds), à travers une déclaration dans laquelle il fait part de son engagement dans l’Alliance pour la République (Apr).

Choix porté sur Macky Sall en 2009

«J’annonce ma démission du Pds et ma décision de poursuivre, au sein de l’Apr, mon engagement pour l’atteinte (de certains) objectifs », avait-il écrit, après avoir formulé une série de griefs contre le régime du président Abdoulaye Wade, dans sa gouvernance politique et économique.

M. Diakhaté avait lie son nouvel engagement à un souci de «construire un véritable consensus autour de la séparation effective des pouvoirs, de l’équilibre réel des institutions et de leur caractère impersonnel pour que le Sénégal se réapproprie, enfin, sa République, sa démocratie, son gouvernement, son parlement et sa justice».

Ancien animateur de courant de pensées au sein du Pds, M. Diakhaté dit également qu’il s’est engagé, pour «élaborer des réponses opérationnelles aux souffrances économiques et sociales (des citoyens sénégalais)», aux côtés du président déchu de l’Assemblée nationale, Macky Sall.

Avec ses nouveaux partenaires politiques essentiellement ses «ex-frères libéraux», le dissident du Pds comptait «bâtir un Sénégal gagnant-gagnant, un Sénégal indépendant, libre et ouvert» qu’il soit possible de «transmettre, en grand et bon état, à nos descendants».

En lieu et place d’une démission, un courant

Si en 2009, Moustapha Diakhaté a démission du Pds, pour l’Apr, cette fois-ci, il a crée un courant pour dit-il reconstruire l’Apr. «Depuis 11 ans, on est dans le provisoire. Il nous faut refonder le parti dans sa structuration, dans son organisation, dans son fonctionnement et même dans son idéologie. Dans les tous prochains jours, je prendrai une initiative de nature à regrouper des militants et militantes de l’Apr qui ont le souci d’organiser le parti et de faire de l’Apr un espace de réflexion et de propositions. Ce sera à l’intérieur du parti. C’est cette reconstruction qui permettra au parti d’élaborer un projet pour l’après 2024, sans Macky Sall comme le dit la Constitution. De mon point de vue, l’Apr doit survivre à Macky Sall», a confié Moustapha Diakhaté.

«Agissements et propos séditieux, fractionnistes et récurrents»

Ces propos ont précipité son exclusion de l’Apr. Moustapha Diakhaté a été exclu ce mardi 21 janvier 2020 par la commission de discipline de l’Apr. Comme stipulé par une note rendue publique, la commission de discipline souligne des «agissements et propos séditieux, fractionnistes et récurrents de Moustapha Diakhaté». Une exclusion basée donc sur les sorties, contre le pouvoir de l’ancien ministre-chef de cabinet du président.

Avec ses sorties jugées fracassantes et inopportunes, contre le chef de l’Etrat et son parti, l’Apr, Moustapha Diakhaté et selon bon nombres d’aperistes reste un « éternel incompris».