Accueil Actualités Election présidentielle sous tension en Côte d’Ivoire ,Ouattara brigue un 3e mandat

Election présidentielle sous tension en Côte d’Ivoire ,Ouattara brigue un 3e mandat

« Boycott » de l’opposition et appel à la « désobéissance civile », affrontements intercommunautaires ayant fait une trentaine de morts : l’élection présidentielle de samedi en Côte d’Ivoire se déroule sous haute tension, attisée par la candidature d’Alassane Ouattara à un troisième mandat controversé.

Comme en Guinée où la réélection du président Alpha Condé pour un troisième mandat contesté a provoqué des troubles ayant fait une vingtaine de morts, l’opposition ivoirienne juge un troisième mandat « anticonstitutionnel ».

L’élection en Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao et redevenue la locomotive économique de l’Afrique de l’Ouest francophone après dix ans de forte croissance, fait donc craindre une nouvelle crise dans une région éprouvée par des attaques jihadistes incessantes au Sahel, par un putsch au Mali et une contestation politique chez le géant voisin nigérian.

Depuis la volte-face d’Alassane Ouattara qui a annoncé sa candidature en août, après avoir claironné en mars qu’il passait la main, ce pays de 25 millions d’habitants, comptant une soixantaine d’ethnies et plusieurs millions d’immigrés, a connu une série de troubles politico-ethniques qui ont fait au total une trentaine de morts dans plusieurs localités.

Beaucoup craignent une crise majeure, dix ans après la crise post-électorale issue de la présidentielle de 2010 qui avait fait 3.000 morts à la suite du refus de Laurent Gbagbo (2000-2010) de reconnaître sa défaite face à Alassane Ouattara.

Signe de cette fébrilité, à Abidjan, beaucoup de ses célèbres « maquis » (restaurant-bars à ciel ouvert) et allocodromes, spécialisés dans la banane braisée alloco, ferment leurs portes beaucoup plus tôt que d’habitude. Les rayons de certains supermarchés se sont vidés et les embouteillages sont devenus moins importants.

Quelque 35.000 membres des forces de l’ordre ont été déployés pour assurer la sécurité du scrutin.

« Il sera très difficile de maintenir l’ordre » si les affrontements entre militants de l’opposition et du pouvoir « s’appuient sur des clivages ethniques et régionaux », estime Wendyam Lankoandé, analyste de l’organisation de prévention des conflits International Crisis Group (ICG).

Outre la volonté d’Alassane Ouattara de se maintenir au pouvoir, l’opposition, dirigée par l’ancien président Henri Konan Bédié, accuse aussi de partialité de la Commission électorale indépendante (CEI) et le Conseil constitutionnel, « inféodés » au pouvoir selon elle et donc incapables de garantir un scrutin équitable.

Assane SEYE-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici