Elimane Kane sur la gestion du pétrole : «ce n’est pas vraiment une consultation des parties prenantes pour aller vers une loi»

0

Le Conseil présidentiel sur la gestion des recettes des hydrocarbures, tenu mardi dernier, au Centre international de conférences Abdou Diouf (CICAD) n’est ni plus ni moins qu’une ‘’funeste’’ théâtralisation semble dire Elimane Kane, président de LEGS Africa (Leadership Ethique Gouvernance et Stratégies pour l’Afrique).

«C’est juste un conseil pour la forme », a-t-il regretté avant de poursuivre : «Ce n’est pas vraiment une consultation des parties prenantes pour aller une loi. Parce que les termes de cette loi-là avaient été arrêtés avant que le président ne vienne».

Et après avoir laissé les gens s’exprimer et soulever pas mal de questions et dans le désordre d’ailleurs, parce que certaines d’entre elles n’avaient pas trait aux revenues, «il s’est permis de porter à la connaissance de tous ce qu’il avait décidé », déplore Elimane Kane.

A le suivre : «il n’y pas de changement par rapport à ce que le gouvernement a présenté depuis plus de deux ans». Pire, fait-il constater : «le président s’est permis avec beaucoup de désinvolture de traiter des questions graves en les minimisant, notamment la question relative à l’impact des opérations pétrolières et gazières sur l’économie de la pêche».

Sur cette question, il dira : «donner peu d’intérêt à cette question qui occupe une place prépondérante dans le tissu économique, dans la sécurité alimentaire, et dans la création d’emplois… « en minimisant les impacts environnementaux relativement aux opérations qui vont se faire en on-shore ».

C’est dire qu’il n’y a rien qui est prévu pour la prise en charge des conséquences négatives sur ce plan ou «un accompagnement en termes d’investissements en infrastructures pour limiter les dégâts». L’autre aspect relatif au fonds d’investissement à hauteur de 1 milliard FCFA pour «capaciter» les entreprises nationales aux fins qu’elles puissent être à niveau «ne représente absolument rien dans ce secteur», fait-il remarquer.

Donc, «je pense que le chef de l’Etat n’était pas venu pour traiter la question avec les véritables préoccupations des parties prenantes», estime M. Kane. Mieux, «ceux qui ont pris part à cette rencontre n’ont pas disposé du projet de loi pour l’étudier au niveau de leurs organisations et venir avec des propositions concrètes. En clair, ce n’était pas un moment de co-construction », regrette M. Kane,note SudQuotidien.

Assane SEYE-Senegal7

 

Leave a comment