L'Actualité en Temps Réel

Elle touche 800 000 F de dot et refuse de coucher avec son mari : Les minutes d’un procès à la sauce arnaque sentimentale

Appelée à la barre du tribunal d’instance de Mbacké, ce jeudi 13 octobre 2020, l’affaire de la nouvelle mariée qui avait encaissé 880 000 francs CFA de son mari tout en refusant de coucher avec lui, a été mise en délibéré jusqu’au jeudi 27 octobre prochain. Fatou Thioune et sa mère Awa Beye vont rester en prison, le temps que le tribunal tranche l’affaire. La famille des deux prévenues a déjà remboursé, à la partie civile Modou Gningue une somme de 600 000 frs lors ce procès tenu dans une salle d’audience pleine à craquer.

Le tribunal d’instance de Mbacké s’est penché ce jeudi sur une affaire tragi-comique !
La nouvelle mariée qui avait encaissé la dot de son époux et refusé de coucher avec lui, a été extraite de sa cellule de la prison de Mbacké ainsi que sa mère. Fatou Thioune et Awa Béye ont fait face au juge dans une salle d’audience pleine à craquer.

La surprenante révélation de la prévenue Fatou qui suscite la colère du juge

Interrogée sur les faits, la prévenue Fatou Thioune a tenté de faire croire au magistrat, Cheikh Niane, que son époux est victime d’impuissance sexuelle.

« Modou a essayé de me pénétrer à trois reprises, mais ça ne tenait pas. Nous sommes restés jusqu’à 03h du matin sans rien faire. (Jeum na ñeti yone jéma dugal wayé jalule). J’ai décidé de le quitter parce qu’il n’est pas à la hauteur de mes attentes. Modou changeait aussi de comportement », s’est défendue la prévenue, âgée de 18 ans.

“Faux”, a rétorqué le président du tribunal d’instance de Mbacké ! Selon le magistrat, la thèse de défense de Fatou ne tient pas la route. Ainsi le juge va démontrer pièce par pièce les mensonges de la nouvelle mariée .

« Si Modou était un impuissant sexuel, il n’aurait pas dépensé toute cette somme pour se faire humilier. De l’enquête préliminaire de la police de Gouy-Mbind jusqu’au procureur, tu n’as jamais dit cela”, a-t-il relevé.

Parti pour coucher avec son épouse, Modou Gningue a été éconduit

Une semaine après son mariage, Modou Gningue était parti pour passer sa lune de miel chez sa belle-famille. Mais le mécanicien s’est heurté au refus de sa dulcinée en complicité avec sa mère, Awa Béye.

La partie civile M a retracé le film de son calvaire. Ce mécanicien, domicilié à Ngoudiane, est établi à Touba dans le cadre de ses activités. Selon lui, il a fait la connaissance de Fatou Thioune dans leur atelier situé au quartier Gouy-Mbind. Il s’en est suivi une relation amoureuse de plus de 8 mois au cours de laquelle Modou donnait des cadeaux à sa dulcinée.

Pour demander sa main, Modou s’est présenté auprès de sa future belle-mère qui lui a demandé d’aller auprès du père de sa fille établi à Louga.

Le mécanicien a fait déplacer ses parents de Ngoundiane à Touba. Puis, le mariage a été ficelé dans la capitale du Ndiambour. La réception, elle, s’est déroulée à Gouy-Mbind.

« Ma belle-mère Awa Beye m’avait demandé 400 000 francs CFA. J’ai donné également 115.000 frs pour l’achat des tissus, un téléphone portable de 80.000 frs, 160.000 frs destinés à la mosquée pour ficeler l’union, 50.000 frs pour la location de la bâche lors de la cérémonie de réception, une chèvre de 75 000 frs destiné à l’oncle ( beuyu nijay). Au total, j’ai dépensé 880.000 frs”, a confié Modou Gningue.

Poursuivant son récit, l’époux malheureux a déclaré que Fatou entretient une relation amoureuse avec un certain […]. Selon une source de Seneweb, il ressort de l’enquête de la police que la nouvelle mariée trompait Modou Gningue avant son arrestation.

Le Procureur parle d’arnaque sentimentale

Saisi de cette affaire, le délégué du procureur près le Tribunal d’instance de Mbacké est entré en action avant d’instruire les policiers du poste de Gouy-Mbind de Touba d’ouvrir une enquête. Puis le maître des poursuites avait envoyé en prison Fatou Thioune et sa mère Awa Beye pour escroquerie au mariage.

Le représentant du ministère public a véritablement sermonné les deux prévenues en ces termes : « C’est une arnaque sentimentale. Si tu n’aimes pas une personne, tu ne dois pas encaisser son argent  »