L'Actualité en Temps Réel

Entre préparatifs de 2024 et recouvrement de droits civiques et politiques

Forces et faiblesses d’une opposition en rang dispersé
L’opposition ou les oppositions sénégalaises marchent en direction de la présidentielle de février totalement dispersée. Les principaux leaders ne parvenant pas à se regrouper autour de l’essentiel à l’exemple de leur combat contre une troisième candidature du Président Macky Sall. Chaque camp prêche pour sa propre chapelle pour mieux se positionner sur l’échiquier politique. Cependant, les potentiels candidats à ce rendez-vous électoral aux enjeux énormes concentrent des forces, mais ne manquent également de faiblesses… à combler.  

Après avoir quasiment été réduite à sa plus simple expression par le Président Macky Sall qui a réussi à mettre de côté des sommités politiques, l’opposition sénégalaise ou plutôt les oppositions au Sénégal semblent reprendre du poil de la bête. Du moins, une partie de ces oppositions a démontré qu’elle pouvait renaitre de ses cendres tel un phénix. Et, c’est ce qui est arrivé à cette opposition regroupée autour de la coalition Yewwi Askan-Wi qui a dévoilé sa force de frappe électorale lors des élections locales de janvier dernier. Un coup qu’elle a réédité dans sa collaboration avec Wallù Sénégal aux élections législatives du 31 juillet dernier, en arrivant à presque imposer la cohabitation à la coalition présidentielle qu’est Benno Bokk Yakaar. C’est dire que bon an mal an, une partie des opposants au pouvoir grignotent ce qu’elle peut en direction de la présidentielle de 2024. Seulement, force est de constater que l’opposition de manière générale n’arrive pas à se retrouver autour de l’essentiel, surtout par rapport à son combat pour barrer la route d’une troisième probable candidature du Président Macky Sall. Rien à voir avec l’opposition sous Wade qui avait réussi à se retrouver autour de Benno Siggil Senegaal puis autour du mouvement des forces vives de la nation du 23 juin (M23), pour parler un même langage et mener en commun les combats politiques et de respect de la Constitution. Pour l’heure, chacun essaie de prêcher pour sa propre chapelle. Une manière d’essayer de trouver les moyens pour coiffer au poteau ses concurrents et les devancer politiquement. Cela se vérifie mieux à la suite des candidatures déclarées ou potentielles candidatures en attente d’être officialisées. Et, bien que concentrant des forces non négligeables, toutefois, il faut rappeler que ces leaders politiques appartenant aux oppositions sénégalaises, ne manquent pas de faiblesses.
Khalifa Sall : Après le coup sur la tête, l’attente d’une amnistie  
Elu maire de Dakar aux élections locales de 2009 et 2014, Khalifa Sall avait le vent en poupe. Il marchait lentement mais surement pour être un sérieux candidat à la présidentielle de 2019. Malheureusement, il va subir un véritable coup de marteau sur la tête suite à sa condamnation dans l’affaire de la caisse d’avance de la ville de Dakar. Comme conséquence, il va perdre ses droits civiques et politiques. Mis totalement à l’écart, c’est à la faveur d’une grâce présidentielle qu’i sort des liens de la détention. Potentiel candidat à la présidentielle de 2024, cet homme politique jugé calme et serein ne manque pas d’atouts. Et pour cause, il a connu une renaissance politique dans le cadre de la coalition Yewwi Askan-Wi et par rapport aux rôles qu’il y joue. Ayant réussi à mettre en avant son poulain Barthélemy Dias devenu maire de la capitale, Khalifa Sall est bien écouté et sait retenir l’attention. Cependant, il ne manque pas de faiblesses. Et, celle qui est mise en avant, n’est autre que de devoir attendre de voir ce qu’il en sera de l’amnistie annoncée lors d’un Conseil des ministres par le Président Macky Sall. L’autre faiblesse à combler étant de pouvoir disposer des moyens politiques pour aller à la rencontre des Sénégalais pour massifier sa base et se replacer en bonne place dans le cercle des électeurs sénégalais.
Karim Wade : Un exil et une machine politique affaiblie  
De son côté, Karim Wade ne bénéficie que d’une force. Il est l’un des absents les plus présents, puisque son nom est cité dans tous les cercles de l’activité sociale et politique. Exilé à Doha (Qatar) suite à une grâce présidentielle, le fils de Me Abdoulaye Wade, tout comme Khalifa Sall est dans l’attente d’une amnistie qui va également le concerner. Seulement, si une telle passe, il apparait clair qu’il aura un gros retard à combler. Autrement dit, revenir au bercail tout en ne sachant pas ce qu’il va retrouver. Car, la machine électorale qu’est le Parti démocratique sénégalais (Pds), s’est fortement affaiblie. Et pour cause, beaucoup de départs et pas des moindres y sont enregistrés. Pire, il est pointé du doigt comme étant le principal responsable d’un tel état de fait, qui a conduit à des frustrations énormes. Comme si cela ne suffisait pas, il n’existe plus d’animation à la base par rapport aux multiples mouvements de soutien à sa cause. Ils sont tous tombés dans une totale léthargie à défaut d’aller ailleurs pour continuer à pratiquer la chose politique. Il y a également, le poids de l’âge de son père, le pape du Sopi, qui s’éloigne de mieux en mieux du terrain politique.
Malick Gakou : Prendre beaucoup de vitamines C  
Exclu de la dernière élection présidentielle à la faveur de la loi sur le parrainage, Malick Gakou a récemment effectué sa déclaration de candidature en direction de la présidentielle de 2024. Acteur politique qui a duré dans le temps – entre le Parti socialiste (Ps) et l’Alliance des forces de progrès (Afp) où il a été pendant de nombreuses années numéro 2 – Malick Gakou a pris son destin son main. En effet, en portant sur les fonts baptismaux sa formation politique connue sous le nom de Grand Parti (Gp), il ne manque pas d’atouts. Bien connu et reconnu sur le terrain politique, l’ancien ministre des Sports et ancien président du Conseil régional de Dakar, dispose d’un parti bien structuré. Plusieurs hauts responsables progressistes l’ayant rejoint. Représentatif au niveau de Guédiawaye – d’ailleurs c’est lui qui a mis en avant Ahmed Aïdara – Malick Gakou, cependant, suite à sa déclaration de candidature pour le rendez-vous de 2024 devra se montrer beaucoup plus vitaminé. Ceci, en investissant (totalement) le terrain pour travailler à la massification de sa base. Autrement dit, ne pas démarrer une campagne avec quelques étapes, puis retourner au climatiseur de la réflexion de l’hésitation.
Thierno Alassane Sall : Un TAS d’idées et une perception à vaincre  
Il est plus connu des Sénégalais pour avoir dit ‘’non’’ au Président Macky Sall par rapport à la signature de contrats pour l’exploitation des hydrocarbures. Respecté par rapport à son sérieux – c’est l’une de ses forces – Thierno Alassane Sall ne manque pas d’idées novatrices. Mieux encore, aller dans le sens de tenir le discours pour affaiblir électoralement le camp présidentiel auquel il a appartenu. Malgré tout, il y a une perception assez populaire qui lui colle au visage. Celui d’un homme renfermé sur lui-même et qui n’offre pratiquement pas de sourires. Des rumeurs probablement, mais qui sont très partagées. Une raison pour qu’il arrive à vaincre cela, en montrant un autre visage à des Sénégalais assez exigeants et qui peuvent demander plus à un leader politique.
Bougane Guèye : Mieux s’entourer de fortes têtes
Président de la Grande coalition dénommée Gueum Sa Bopp, Bougane Guèye a réussi à se frayer un chemin dans le landerneau politique sénégalais. Comme l’oiseau qui petit à petit fait son nid, il a construit une certaine représentativité. Et, des atouts, il n’en manque pas. En effet, il est l’un des rares opposants à faire avoir pratiquement fait le tour du Sénégal. Il va partout, entre partout et parle à tout le monde. Multipliant ses tournées à l’échelle nationale, Bougane Guèye sait puiser dans ses ressources. Cependant, il devra mieux structurer son organisation politique pour lui donner beaucoup plus de tonus. Ceci, en s’entourant mieux et surtout par de fortes têtes qui peuvent également incarner une autre dimension de la pratique de la chose politique. Il devra également remodeler sa communication car, d’aucuns jugent qu’elle doit être évolutive dans le sens d’idées à mieux partager en rapport avec le contenu de son programme.
Abdourahmane Diouf : Awalé à massifier
La communication et la bonne communication, est son domaine de compétence. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien qu’il cristallise toutes les attentions à chaque fois qu’il prend la parole. De l’introduction, en passant par la thèse, l’antithèse et la synthèse, Dr Abdourahmane Diouf est l’un des meilleurs communicants du cercle politique sénégalais. C’est sa principale force et une raison principale qui avait poussé Idrissa Seck à en faire son porte-parole dans le cadre du parti Rewmi. Homme de grande culture, travailleur à l’international, toutefois, il ne manque pas de faiblesses. Plutôt technocrate que politique qui demande des exigences surtout au Sénégal, la création de son parti politique dénommé Awalé devra le pousser à avoir une autre perception de la chose politique. En clair, il devra être plus présent sur le terrain politique, travailler à la massification de sa formation politique et mieux se faire un nom surtout dans les zones rurales.
Ousmane Sonko : populaire avec une épine dans le pied  
Il reste et demeure l’opposant politique le plus populaire du landerneau politique sénégalais. En si peu de temp, il a réussi à gravir les échelons. Avec son parti Pastef Les Patriotes créé en 2014, il devient député en 2017 puis se place troisième à la suite de la présidentielle de février 2019. Et, d’année en année, il poursuit sa marche au point de penser qu’il reste l’adversaire le plus sérieux face au régime en direction des joutes électorales de février 2024. D’ailleurs, il reste l’homme politique le plus attaqué par les tenants du pouvoir, épiant toutes ses sorties. Au niveau de la diaspora, il a également fini de s’imposer en maître devant Macky Sall. Malgré une communication souvent objet de toutes les critiques, l’homme politique qu’il est, a une épine dans le pied. Elle concerne son différend avec Adji Sarr, attendant d’être édifié par rapport à sa prochaine rencontre avec le juge instructeur. Une réalité qui le poursuit au point que nombre d’acteurs politiques ont fini de transformer cette affaire en un règlement de comptes politiques. Dans tous les cas, il continue son travail de terrain avec la reprise remarquée de son ‘’Néméko tour’’ qui ne manque pas d’attirer l’attention des Sénégalais.
Déthié Fall : Se déterminer ou se ranger derrière…
Ancien numéro 2 du parti Rewmi, Déthié Fall a décidé de rompre totalement les amarres avec Idrissa Seck, son ancien mentor qui a rejoint le Président Macky Sall. Très en vue surtout dans la treizième législature avec ses prises de position, Déthié Fall s’est très vite fait un autre face aux Sénégalais. Président du Parti républicain et du progrès (Prp) qu’il a porté sur les fonts baptismaux, il a été rejoint par beaucoup de rewmistes démissionnaires. Ce qui reste d’ailleurs l’une de ses principales forces. Seulement, il est attendu par les Sénégalais qui ne savent pas encore s’il va officiellement déclarer sa candidature. En attendant et par rapport au temps jugé court, il devra se déterminer ou faire le choix de se ranger derrière un candidat de l’opposition regroupée autour de Yewwi Askan-Wi. Non sans tenir compte du fait qu’il devra aussi travailler à une massification active de sa formation politique.

Avec Senegal7