L'Actualité en Temps Réel

Focus  sur la situation politique : Les indices indécis !

Sans crier gare ni ouvrir les volets d’une démocratie à l’abandon, la République se mue dans une rue publique au tollé insoutenable, macabre et déchantant pour le commun des mortels sénégalais. Les états major  tels des pique-assiettes surgissant de nulle part, se meuvent dans un landerneau national, chasse gardée des plus forts et un enfer irrévérencieux d’opposants à réduire à  leur plus petite expression.

 La démocratie, un concept, un mot au contenu creux ne s’use que quand on s’en sert. Opposition comme pouvoir se l’expliquent comme ils l’entendent sans jamais trouver une connotation mitoyenne. Gage de consensus. Règlements de compte politiques, guerre des tranchées, querelles d’intérêt latents ou manifestes, accusation de viols, insulteurs invités à diner, masseuse livrée à la vindicte populaire, trafiquants de passeports diplomatiques à l’hémicycle, députés monnayeurs de  faux billets de banque, ministres et DG épinglés par  des rapports des inspections d’Etat. Bref , les indices indécis s’accumulent sous un landerneau politique national groggy.Les bénis de la République se protègent sous l’aisselle du tout puissant  Chef, tandis que les opposants trop prétentieux sont bons pour  être coiffés au poteau. Diabolisation à outrance sur des rebelles pas aux portes de Dakar mais bien dans la  capitale, déambulant et soupçonnés de se préparer à installer le chaos au moment où Yewwi Askan Wi crevait l’abcès d’une démocratie infectée selon elle, à la place de la Nation.Les médias complices d’une désinformation lézardée rythment le quotidien de ses indices indécis où le citoyen se perd pour n’avoir jusqu’ici pas compris où se situe la vérité. Encore des indices indécis aux conséquences préjudiciables à la démocratie. A l’époque du parti socialiste, on avait accusé l’opposant Abdoulaye Wade d’importer des armes de la Lybie dans le but de vouloir renverser le pouvoir du Président Diouf. A ce jour, nenni ! Sous Macky présentement, les histoires de rebelles et de rébellion à Dakar combinées au nombre de morts lors des émeutes de mars 2021 et  de la manif de Yewwi Askan Wi en juin dernier, se diluent dans ces indices indécis où le Temple de Thémis n’en a que faire. Il n’y aura  probablement  pas de coupables mais seulement des victimes innocentes inscrites au panthéon des martyrs du pays. Trop de dossiers s’accumulent, trop de forfaitures  s’additionnent, trop d’injustice se multiplie, trop de joint–ventrues s’intéressent à notre Or Noir. Les supposés dégâts sont incommensurables sous nos cieux. Mais à ce jour, tout passe par pertes et profit. Dans un pays où les indices indécis deviennent un mode de gouvernance et/ ou l’exercice de la conquête du pouvoir, pour tromper et tronquer la vigilance du peuple, il ya fort à parier que la prochaine étarque finira mal pour tout le monde. Et personne ne le souhaite. Seule la vérité des indices pourrait sauver les Sénégalais. Toute tentative de maquiller notre semblant de démocratie risque de précipiter notre pays dans l’abîme. La démocratie, pour exister au sens diachronique du terme doit être corrélée à l’humilité Républicaine. Sans quoi, elle demeure sans être !

Assane SEYE-Senegal7