L'Actualité en Temps Réel

Focus : Troisième mandat,affaire Adji Sarr-Sonko,arrestation de Pape Alé Niang

Le jeu en vaut-il la chandelle si tant est qu’un troisième mandat du Chef de l’Etat Macky Sall vaut son pesant d’or devant une foultitude de dossiers politico-judiciaires dont les issues continuent d’installer la pshycose dans l’arrière-boutique de nos compatriotes ? Le pétrole est là et l’on craint sa malédiction autant qu’on craint que le pays de la teranga soit le prétexte d’une déflagration apocalyptique avec les contrats d’armement et le capharnaüm politico-judiciaire complexe en cours.Si le Chef de l’Etat voudrait vraiment briguer un troisième mandat, il gagnerait mieux à adoucir les mœurs dans la sérénité que de privilégier les forceps pour se mettre en orbite.

 

Chaque lecture est un pas en avant pour la liberté et un pas en arrière pour la dictature. Cette maxime de Salim Boudiaf campe dès l’abord le décor de notre réflexion. Il ne s’agirait ni plus ni moins de prendre partie pour une quelconque chapelle politique, encore moins pour des leaders politiques qui entendent se maintenir au pouvoir ou conquérir les suffrages de nos compatriotes.

Ce dont il s’agit ici, c’est d’appeler tous les acteurs politiques à une introspection en faveur de la paix et de la cohésion sociale. Le monde nous regarde et comprend nos contradictions les plus loufoques tant sur le plan politico-judiciaire que sur le plan économique et social. Les Sénégalais souffrent de tous les maux en raison surtout d’une conjoncture économique internationale durable, mais aussi, de choix de politiques publiques de nos gouvernants inadaptées à nos réalités sociologiques. Il est vrai qu’aucun pouvoir au monde n’en fera jamais assez pour remporter l’adhésion de tout le peuple en termes d’esquisses de développement.

 

Mais le plus important, c’est d’abord la culture de la paix et l’application effective des fondamentaux de la démocratie dans une perspective diachronique. Le succédané de la démocratie, c’est indubitablement le consensus entre acteurs politiques. L’un comme l’autre se complète quelle que soit l’adversité politique. L’affaire Adji Sarr-Ousmabe Sonko risque de plonger notre pays dans une situation qu’elle n’a jamais connu au monde, eu égard aux coups de semonce des émeutes de mars 2021.Le temple de Thémis aura par ricochet démontré ses limites intrinsèques face aux rapports de forces entre acteurs politiques.

 

L’arrestation du journaliste d’investigation Pape Alé Niang aura jeté de l’huile sur le feu d’un contexte politique délétère qui ne chanterait guère des lendemains meilleurs pour notre stabilité démocratique. Et le réarmement « civil » ou « militaire » de notre pays procède d’un coup d’épée dans le brouillard pour un peuple qui ne comprend pas la finalité de toutes ces initiatives herculéennes. Rien qu’un troisième mandat du Chef de l’Etat Macky Sall ne devrait guère déboucher sur l’apocalypse pour les Sénégalais. La calme et la sérénité apparente qui règnent aujourd’hui dans le pays font redouter le pire car les germes d’une confrontation politique entre acteurs s’aiguisent de jour en jour. Ne nous trompons guère de cible ni d’objectif.

Celui de préserver la paix et la cohésion sociale dans ce pays réputé un havre de paix.Le Sénégal regorge d’hommes de valeur susceptibles de diriger ce pays mais le plus important aujourd’hui, est que le Président de la République appelle à la paix et à la cohésion sociale. S’il veut briguer un troisième mandat ,cela va de soi mais que l’on préserve notre pays du chaos qui a perdu bien des pays qui s’aventuraient à se disputer la mise politique et le pouvoir au point de plonger leurs compatriotes dans la guerre civile. Et la Côte d’Ivoire est là toute proche pour nous servir de bréviaire. Un troisième mandat ,l’affaire Adji Sarr-Sonko et l’arrestation de Pape Alé Niang ne doivent en aucune façon perdre notre pays !

Assane SEYE-Senegal7