Accueil Actualités Violences conjugales : Comment le confinement « infecte » les foyers !

Violences conjugales : Comment le confinement « infecte » les foyers !

Certaines femmes vivent le martyr en ces temps de confinement causé par la pandémie du Coronavirus où les sorties sont réduites et les soirées et nuits longues, les femmes, victimes de violences conjugales, souffrent aux côtés de leurs époux adeptes des coups. Ces hommes violents, véritables tyrans, sèment la terreur dans le foyer et rendent la vie impossible à leurs épouses. Une d’elles s’est confiée à L’Observateur de ce vendredi.

«Pour avoir tardé à lui servir son repas, il m’a poussée, je suis tombée et mon poignet s’est brisé»

Mme Dieng raconte sa souffrance à L’observateur. Assise sur un tabouret devant sa cuisine, la jeune femme, aidée par sa fille âgée seulement de 5 ans essaie de préparer le repas avec une seule main. L’autre est plâtrée. En jetant de temps en temps son regard vers l’entrée de la maison, de peur certainement d’être surprise, elle raconte l’horrible confinement de son homme à la maison. «Mon mari est de nature difficile. Il est sévère et intolérant. Ses ordres ne sont pas à discuter, c’est à  suivre à la lettre. Notre seul échappatoire, mes enfants et moi, était ses heures de travail. Il est commerçant au marché central de Kaolack De ce fait, il quittait la maison très tôt  et ne rentrait que tard dans la nuit. Ainsi, avant arrivée du coronavirus, il passait peu de temps à la maison. Mais depuis que l’état d’urgence a commencé, dès 14 heures, le marché ferme et il se pointe en nous menant la vie impossible, narre-t-elle.

«Avec une grossesse de 8 mois, il voulait à tout prix coucher avec moi»

Poursuivant, Mme Dieng ajoute : «A la moindre erreur, il me bombarde d’insultes ou de coups devant mes enfants. D’ailleurs, comme vous pouvez le constater, pour avoir tardé à lui servir à temps son repas, il m’a poussée et je suis tombée en m’appuyant sur mon poignet gauche qui s’est malheureusement brisé».

« Mon mari est un accro au sexe »

Mme Diop a vécu pire encore. Elle raconte : «Mon mari est un accro au sexe et encore plus grave avec ce confinement. Il n’a pas hésité à me battre, alors que j’étais enceinte. J’ai failli mourir avec une grossesse de 8 mois. Il a fallu que je fasse un examen médical d’urgence pour sauver mon bébé. Tout ça, parce simplement je n’étais pas consentante pour un rapport sexuel». «Une fois, j’ai dû passer la nuit dans l’enclos des moutons pour me sauver de ses crises. Il m’a jeté hors de la chambre à 2 heures du matin. Parce qu’avec ma grossesse de 8 mois, j’étais fatiguée et je ne pouvais pas me donner à lui, alors qu’il voulait à tout prix coucher avec moi», explique t-elle à L’Observateur.

 

Abdoul K. Coulibaly – Senegal7 

13 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

12 − 1 =